Sign in
Download Opera News App

 

 

Ce mercredi 21 juillet : un jour férié qui ne dit pas son nom ?


Cette question est loin d'être fortuite dans la mesure où le constat sur le terrain est flagrant.

En effet après la fête de la tabaski célébrée en grande pompe par les musulmans, certains commerces et services sont au ralenti.

De Yopougon à Port-Bouét en passant par Treichville, plusieurs commerces et services ont encore les rideaux baissés. Cette situation semble être consécutive à la fatigue et aux nombreux déplacements de certains fêtards à l'intérieur du pays.

Le plateau qui constitue la plaque tournante des affaires à Abidjan s'aligne également derrière ce constat. Ses artères qui étaient habituellement grouillantes, sont moins achalandées ce mercredi au lendemain de la tabaski.

Aussi aucun patron n'en voudrait à son employé de s'être absenté ce jour, vu le poids de cette fête.

Même si les autorités ne le disent pas ouvertement, tout le monde sait que la reprise du travaille au lendemain d'une si grande fête n'est pas facile.

Content created and supplied by: Paullevigerod (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires