Sign in
Download Opera News App

 

 

Fresco : violente altercation entre Lobognon et un conseiller municipal, voici ce qui s’est passé

(Le ministre Alain Lobognon ex-député-maire et l'actuelle équipe de la mairie de Fresco à couteaux tirés/photos Archives)

La tension est montée d’un cran, entre le ministre Alain Lobognon et un proche collaborateur de l’actuel maire de la commune de Fresco, ce lundi 25 octobre 2021, sur un terrain de basketball de ladite ville.

En effet, sollicité par le Club des élèves basketteurs de Fresco pour réhabiliter leur terrain de Basket, l’ex-député-maire de Fresco, s'est rendu ce jour, sur ledit site avec le matériel qu'il venait d’acquérir.

(Le site du terrain de basketball à l'origine des brouilles/photo Archives)

C’est « Au moment où le soudeur et le menuisier s'apprêtaient à démarrer les travaux, qu’à surgir dans une colère noire, un conseiller municipal, M. Fulbert Tchiekre, qui fut 1er adjoint de Lobognon, de 2013 à 2018, opposé à ces travaux. Il s’en est suivi une empoignade verbale.

 Informé par ses collaborateurs, de toute urgence, le préfet du département de Fresco a rencontré la municipalité et le porte-parole de l’ex-allié du président de GPS, Guillaume Soro, pour en savoir davantage.

Fort heureusement qu'avec les conseils du corps préfectoral, les travaux reprendront sous peu, pour le grand bonheur des jeunes basketteurs de Fresco », rapporte Jean-Paul Beugrefoh, porte-parole de Lobognon, ce 25 octobre sur sa page. 

Concernant cette situation, voici en substance, la version du camp de la mairie.

« Il a été rappelé aux initiateurs de ce projet, qu'ils devraient avoir une autorisation préalable de la mairie, pour effectuer des travaux sur un espace appartenant à la mairie.

De ce fait, n'ayant pas tenu la mairie informée des travaux, puis ne disposant pas d’autorisation préalable de celle-ci pour les effectuer, il leur a été demandé de mettre un terme au projet, et de s'en référer au service technique. Toute chose que l'ex-maire a refusé, donnant l'ordre à ses ouvriers de poursuivre les travaux.

Le maire n'avait d'autres choix que de saisir le matériel et les équipements, et d’informer par la suite ,le préfet de cette provocation visant à crisper le climat social à Fresco », peut-on lire sur la page de la ‘’Commune de Fresco’’.

Y.K

 

 

Content created and supplied by: Y.KOBO (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires