Sign in
Download Opera News App

 

 

Présidentielle 2025 : pourquoi la politique de la France devrait être plus resserrée en Côte d’Ivoire

Pour cette fois, on peut le dire, il s’en est tiré à bon compte. Mais, s’il venait à se faire réélire en Avril 2022 pour un nouveau quinquennat, ses engagements en faveur de la contribution de la France à l’instauration d’un véritable climat démocratique en Afrique, le rattraperont.

 

Ce Vendredi 08 Octobre, le chef de l’état Français, Emmanuel Macron, a eu des échanges francs, parfois directs avec les représentants des jeunesses Africaines, mobilisées à Montpellier dans le sud de l’Hexagone à l’occasion du 28ème Sommet France-Afrique que le dirigeant Français a voulu différent. L’engagement militaire de la France au Sahel, les démêlés entre Paris et Bamako, l’adoubement par le président Français de la réélection d’Alassane Ouattara en Octobre 2020, les crises au Tchad et ailleurs sur le continent.

 

 

Les discussions se sont déroulés ‘’sans filtre’’ et avec beaucoup d’audace dans le ton de la part des jeunes Africains. Difficile de conclure que le leader de La République En Marche (LREM) a convaincu sur ce coup, mais il faut tout de même le lui concéder, il s’est bien débattu avec une certaine cohérence dans l’alignement par rapport à ses positions antérieures. Cependant, les défis électoraux qui s’annoncent en Afrique et plus particulièrement en Côte d’Ivoire en 2025, seront décisifs pour tester la qualité des engagements pris par le numéro 1 Français.

Emmanuel Macron, en cas d’élection pour un second mandat, aura désormais à cœur de se racheter vis-à-vis des opinions publiques Africaines. La seule certitude qui ressort de ce sommet, qui pour une première fois a échappé au formalisme, est que le locataire de l’Elysée et la France toute entière, l’ont compris : la gestion par la France des crises politiques de ces dernières années en Afrique en général, et en Côte d’Ivoire en particulier, a laissé une image de duplicité dans la démarche de Paris.

 

En 2025, avec ou sans Macron, les autorités Françaises seront inéluctablement à tenter de rattraper les ratés de 2020 en faisant preuve de plus de pragmatisme dans l’abordage de ce scrutin qui s’annonce encore plus délicat que le précédent et dans lequel l’on doit s’attendre à ce que chaque réaction de la France, soit épié.

 

L’on s’achemine vers une confrontation des titans, Henri Konan Bédié, Alassane Ouattara, Laurent Gbagbo sur fond de match-retour. Et si les candidatures de ces trois leaders politiques se confirmaient, les autorités Françaises du moment, auront avant tout à cœur d’évacuer le contentieux historique de 2011 avec l’intervention militaire Française pour éjecter l’ex chef d’état.

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires