Sign in
Download Opera News App

 

 

Sodefor /Gestion des forêts classées : Lieutnant Ouattara Lacina fait de graves révélations

Une semaine après les révélations de mal gouvernance de la direction de la Sodefor, Lieutnant Ouattara Ziepleu Lacina, chef de l’Unité de gestion forestière de l’Anguédedou a fait des révélations sur la gestion des forêts classées au cours d’une conférence de presse, animée le mardi 31 août au siège de la centrale Dignité à Adjamé.

 

 

L’affaire défraie la chronique. Depuis quelques jours, plusieurs publications relèvent des cas de « gestion opaque et de gabegie au sein de la Société de développement des forêts (Sodefor)». Face à cette situation, le Syndicat libre des agents de la Sodefor (Sylia-Sodefor) a animé une conférence de presse, le mardi 31 août au siège de la Centrale Dignité à Adjamé pour dire sa part de vérité sur ces informations. A cette occasion, Lieutnant Ouattara Ziepleu Lacina, chef de l’unité de gestion forestière de l’Anguédedou, a fait des révélations sur la gestion des forêts classées. « Il y a problème. Il faut qu’on en parle. Je le dis parce que j’ai subi certaines difficultés », déclare-t-il. A l’en croire, la direction générale de la Sodefor empêche les agents d’exercer correctement leur mission de déguerpissement et de sécurisation des forêts classées. « Tenez, à Soubré, à Bouaké, à Korhogo, dans les forêts classées de Sio, après des campagnes de sensibilisation, les agents sont allés faire des déguerpissements et on demande de les relever de leur fonction et de suspendre leur salaire pendant six mois. Je dis non, il y a problème », dénonce-t-il avec véhémence. Ouattara Lacina déplore le fait qu’il n’y a pas d’engagement fort au niveau de sa hiérarchie pour soutenir les agents. De sorte que l’agent en mission ne se sent plus en sécurité.

« C’est un problème, je veux qu’on en parle. Les zones d’action sont connues dans le plan d’aménagement, la délimitation, l’emprise de son pouvoir est connue mais quand il y va poser une action, on lui demande des comptes » lâche-t-il. Puis de prévenir : « si des agents dans l’exercice de leur mission sont relevés de leur fonction, nous allons arrêter le travail », fait-il savoir. 

En revanche, Yssoufou Sorho, secrétaire général de Sylia-Sodefor, balaie du revers de la main tout détournement à la Sodefor. « Les accusations de gabegie relayées par la presse ne sont pas soutenues par des preuves. Nous en tant que syndicaliste n’agissons que sur la base de preuves tangibles. C’est pourquoi, nous ne parlons pas de gabegie à la Sodefor », conclut-il.

 Créée le septembre 1966, la Sodefor fête ses 55 ans dans un climat d’audit des sociétés d’Etat, diligenté par le gouvernement. Cette entreprise a la responsabilité de la gestion et de l’équipement des forêts classées et des terres domaniales qui, lui sont confiées par l’administration forestière aux termes de conventions générales ou particulières. Elle est également censée concevoir et mettre en œuvre, des modelés de gestion, aptes à permettre l’exécution du plan directeur forestier ivoirien, voté en 1988, pour faire exécuter, tous les travaux relatif à l’entretien, et participer activement à la restauration, au reboisement et à la surveillance des domaines forestiers. En 2012, la Sodefor gérait 231 forêts classées, pour une superficie globale de plus de quatre millions d’hectares, repartis sur l’ensemble du territoire national.

 

AKE    

 

 

 

Content created and supplied by: Eddy3 (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires