Sign in
Download Opera News App

 

 

Après le décès de Bebel : Sidiki Bakaba fait une révélation sur des militaires français

Que d’émotions pour le réalisateur Sidiki Bakaba, ex-Dg palais de la culture de Côte d’Ivoire. Le cinéaste est inconsolable après la disparition de l'acteur français Jean-Paul Belmondo honoré par son pays le 9 septembre 2021. L’acteur-réalisateur ravive ses souvenirs avec son fidèle compagnon qui « était comme un sportif qui sait qu'il faut passer la balle pour faire un jeu harmonieux". 

 « Je me souviens, un chanteur me tenait la main, quand les soldats sont arrivés. Il a dit, il faut le sauver, c’est un grand qui a joué avec Belmondo dans le professionnel. Les jeunes m’ont salué et dans l’avion qui me conduisait en France. Plusieurs sont venus m’encourager. On ne peut pas oublier...au cinéma je suis mort dans ses bras. Là son nom m’a sauvé la vie en 2011 ”, explique-t-il. Le cinéaste piégé et blessé dans la résidence présidentielle en Côte d'Ivoire, lors de la crise post-électorale de 2011, affirme avoir eu la vie sauve à cette période postélectorale grâce au nom de l’influenceur français. Il a été pris en charge par des militaires français après plusieurs blessures. 

Plusieurs souvenirs sont encore gravés dans la mémoire de Sidiki Bakaba. « Durant le tournage en Camargue, Jean Paul Belmondo m'invitait à un footing matinal. C'était quelqu'un qui savait galvaniser. Petit frère me disait-il, il ne faut jamais baisser les bras », explique-t-il. D’autres souvenirs de ces instants de magie et une pléiade de récits ont été soulignés par l’acteur ivoirien et producteur du film « L’aventure ambiguë ». 

 « Cette générosité, d'échanger, de passer la balle. Dès qu'il a un partenaire, il en tient compte. Cela m'a frappé. Ce ne sont pas tous les acteurs qui font ça. Et puis, à cette époque, la présence des acteurs noirs à l'écran était rare. Nous étions plus des silhouettes que des vrais rôles comme j'ai pu avoir la chance de jouer. Quand le film est sorti, j'étais au générique de début, alors qu'on aurait pu m'accorder cinq petites minutes de présence et un nom au générique de fin. Et bien non. Ça aussi c'était Jean-Paul”, explique-t-il dans son entretien avec Tv5. 

L’acteur, metteur en scène et ambassadeur culturel franco-ivoirien reste persuadé que Bebel a été un grand apport dans sa carrière professionnelle. « Dans mon métier, il m'a beaucoup influencé. Les coups lors des scènes d'actions intenses, il les prenait vraiment. J'ai assisté à tout cela. Il se défonçait vraiment pour son métier et je me suis dit : "voilà un modèle". C'est quelqu'un que j'ai profondément admiré », affirme le réalisateur ivoirien. 

Aimé Dinguy’s N.

Content created and supplied by: AiméDinguy's (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires