Opera News

Opera News App

les rapports des organismes internationaux sur la Côte d'Ivoire désormais une arme de combat politique

SRANKPA
By SRANKPA | self meida writer
Published 15 days ago - 1843 views

Mer1702211630

Il y a peu la COFEMEN a publié son rapport PASEC (Programme d'Analyse des Systèmes Éducatif) 2019-2020 peu reluisant sur notre système éducatif. La presse, l'opinion publique, les réseaux sociaux et les politiques se sont tous prononcé et continuent de le faire sur ce sujet. À l'instar de ce rapport, de nombreux autres sont publiés chaque année sur différents secteurs dans lesquels sont directement impliqués les différents ministères et même l'exécutif ivoirien. Amnesty International a toujours produit des rapports périodiques sur la situation des droits de l'homme en Côte d'Ivoire. Il en a toujours été ainsi avec le FMI, la Banque Mondiale ou la BAD sur notre économie. Depuis le début des années 90 l'Ong allemande Transparency International publie des rapports sur le niveau de corruption des pays du monde y compris celui de notre pays. Comment expliquer alors que ces rapports qui ont toujours existé soient l'objet depuis peu d'un intérêt si particulier qui provoque des polémiques et des levées de bouclier où s'entremêlent accusations, stigmatisations, justifications et railleries ?

L'une des premières raison est le développement à la vitesse grand V des moyens de communication et de diffusion tel qu'Internet. Les rapports ont toujours existé nous l'avions dit, mais peu de personnes hormis les gouvernants, des hommes des médias, de hauts fonctionnaires nationaux et internationaux savaient leur existence et moins encore avaient connaissance de leur contenu exact. Il a donc toujours été aisé pour les tenants du pouvoir de cacher de nombreux rapports défavorables qui jetaient le discrédit sur leur gouvernance et sapaient leur triomphalisme béat.

Le multipartisme aidant nous sommes désormais dans une perpétuelle guerre politique pour la conquête et la conservation du pouvoir, où aucune faille ni cadeau à l'adversaire n'est permis. Les rapports des organisations internationales sont donc devenus pour les opposants et la société civile des moyens de pression, de dénonciation et de mise à nu des insuffisances, incompétences et malgouvernance du pouvoir en place. Si l'objectif de ces dénonciations est d'amener les pouvoirs publiques à changer de comportement, il n'en demeure pas moins que l'enjeu est de les décrédibiliser aux yeux des populations et des électeurs potentiels. Les publications de ces rapports généralement annuelles sont épiées par ceux qui veulent le pouvoir ainsi que par les ONG nationales et la presse proche de l'opposition. Ces rapports sont par la suite analysés, disséqués pour en extraire des points clés susceptibles de d'ameuter l'opinion publique et les populations, provoquer parfois leur indignation ou colère afin de noyer les gouvernants. À la guerre comme à la guerre, me diriez vous. Quand ceux qui sont au pouvoir aujourd'hui n'y seront plus, ils agiront aussi ainsi.

Quant aux gouvernants, ils n'acceptent le verdict de ces rapports que lorsqu'il est en leur faveur. Dans le cas contraire, on tente tant bien que mal de se justifier après maintes atermoiements, et dans bien des cas de justifier l'injustifiable au risque de se couvrir de ridicule. Quand les rapports sont laudateurs, ils font l'objet d'abondantes communications avec le bienveillant accompagnement de médias qui savent garder le silence dans les situations contraires.

En somme, il va désormais falloir s'habituer à ce que plus de rapports compromettants ou défavorables aux différents pouvoirs soient mis sur la place publique quand ils seront publiés au niveau international. L'opposition et la société civile ne s'en priveront pas, et c'est de bonne guerre. Il revient au pouvoir de travailler à améliorer ses résultats et performances dans les domaines sources d'intérêt.

PAR SRANKPAWA BOUAKE Mer1702211630

Photos: Internet

Abonne toi "+ Suivre", Partage, Commente et mets un like

Content created and supplied by: SRANKPA (via Opera News )

Tags:      

Opera News is a free to use platform and the views and opinions expressed herein are solely those of the author and do not represent, reflect or express the views of Opera News. Any/all written content and images displayed are provided by the blogger/author, appear herein as submitted by the blogger/author and are unedited by Opera News. Opera News does not consent to nor does it condone the posting of any content that violates the rights (including the copyrights) of any third party, nor content that may malign, inter alia, any religion, ethnic group, organization, gender, company, or individual. Opera News furthermore does not condone the use of our platform for the purposes encouraging/endorsing hate speech, violation of human rights and/or utterances of a defamatory nature. If the content contained herein violates any of your rights, including those of copyright, and/or violates any the above mentioned factors, you are requested to immediately notify us using via the following email address operanews-external(at)opera.com and/or report the article using the available reporting functionality built into our Platform

VOUS AIMEREZ

COMMENTAIRES