Sign in
Download Opera News App

 

 

"Nos décideurs ne vont pas dans les hôpitaux qu'ils construisent pour leur population"(Marius Comoé)

Depuis plusieurs décennies, les pratiques indésirables telles que les paiements informels, la vétusté des services, les sous-effectifs, la désorganisation, les détournements de médicaments, l’absentéisme, l’enrichissement illicite des agents, etc en milieu hospitalier en Côte d’Ivoire font l’objet de critiques diverses. L'affaire du père qui a perdu ses jumeaux au centre hospitalier universitaire (CHU) de Cocody, la semaine dernière est venue mettre le couteau dans la plaie alimentant ainsi polémique sur l’état de déliquescence du système de santé.



L'émission débat NCI 360 traitait de cette question ce dimanche 18 avril 2021. Pour Marius Comoé, président de l'association des consommateurs de Côte d'Ivoire, il apparaît évident que la responsabilité de l'État soit engagée dans le règlement de cette question épineuse à laquelle est confrontée le système sanitaire ivoirien en ce sens que l'État est celui qui recrute, forme le personnel, construit les infrastructures et offre les soins aux populations. «Ce n'est pas l'État qui recrute le personnel et le forme ? Ce n'est pas l'État qui construit les infrastructures ? Qui a le devoir de faire le bonheur des usagers en matière de santé ? Qui offre les soins aux populations ? C'est bien l'État», a-t-il estimé.

Poursuivant son propos, Marius Comoé n'a pas manqué d'afficher son ras-le-bol face à ce situation : «(...) Je peux aller plus loin, plus que nous avons tous travaillé sur la loi relative à la réforme hospitalière. J'étais à tous les ateliers et séminaires pour porter la voix du mécontentement des angoisses, des peines, des souffrances des populations dans nos centres de santé. Nous demandons simplement que l'État fasse ce qu'il a à faire en construisant des centres de santé dignes de ce nom, en mettant dans le centre de santé le personnel nécessaire à la prise en charge des patients. Tous nos décideurs, quand ils sont malades, ils prennent l'avion, ils s'en vont en France. Vous trouvez ça normal. Vous trouvez ça normal qu'ils ne fréquentent pas les hôpitaux qu'ils construisent pour leur population. Nous le disons sur tous les régimes qui se succèdent. Ce que disons, c'est bon pour l'ivoirien qui est au nord, au sud, au centre, à l'est, à l'ouest et qui et de tous les partis politiques. Nous parlons des consommateurs, il n'y a pas d'ethnie, de religion, de partis politiques, c'est l'ivoirien en un mot».

Yannick_LAHOUA

Content created and supplied by: Yannick_LAHOUA (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires