Sign in
Download Opera News App

 

 

Charles Blé Goudé : de l’étiquette de va-t-en guerre à celle de présidentiable

Taxé par ses adversaires politiques et certains médias occidentaux d’être un va-t-en guerre, l’ex-ministre ivoirien de la jeunesse, Charles Blé Goudé, est lavé des accusations de crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis lors de la crise postélectorale 2010-2011. Et, ce, à travers son double acquittement du 15 janvier 2019 en première instance et celui 31 mars 2020 en appel.

Pour les Ivoiriens, il demeure l’artisan de la résistance pacifique, aux mains nues. Par le verbe et non les armes, le chef des jeunes patriotes aura été l’un des piliers de la résistance face à l’impérialisme occidental marqué par la rébellion ivoirienne.

Ses méthodes ont toujours été l’art de convaincre par le verbe, le débat, les meetings et autres grands rassemblements à l’instar du tribun, leader de la plus grande organisation estudiantine de son pays qu’il fut.

Charles Blé Goudé (49 ans) se dit assagi par ses deux (2) années d’exil au Ghana, quatorze (14) mois de détention à la direction de la Direction de la surveillance territoriale (DST) et ses sept (7) années passées à la Cour pénale internationale (CPI). Mais ses méthodes n’ont pas changé.

Si certains lui collent toujours l’étiquette d’un homme incendiaire à la réputation sulfureuse, Charles Blé Goudé avait vite compris que la réconciliation était possible avec ses frères ivoiriens si tant est que cette crise militaro politique 2002-2011 était véritablement ivoiro-ivoirienne.

Il n’avait pas hésité en 2007 à franchir le mur de la méfiance et risquer sa vie en allant en zone rebelle à Bouaké pour parler de paix et dormir avec le commandant Issiaka Ouattara dit Wattao.

 Il est clair que Charles Blé Goudé ne joue pas les réconciliateurs comme certains veulent le faire croire. Gbapê, le crabe aux 18 trous, selon ses divers surnoms, reste dans son milieu ambiant : l’ouverture d’esprit et la voie du discours politique dans le règlement des conflits.

Blanchi par la Cour pénale internationale (CPI), l’ex-chef des jeunes patriotes qui ne cache point ses ambitions présidentiables, affûte ses armes. Comment ternir à nouveau l’image de Blé Goudé dans la perspective de la présidentielle 2025 ? Telle semble être la fin des diatribes de ses adversaires.

 Cyrille NAHIN

Content created and supplied by: Cyrille_NAHIN (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires