Sign in
Download Opera News App

 

 

Côte d'Ivoire : les ivoiriens sont désabusés de la politique

Les ivoiriens s’éloignent de la politique parce qu’ils se sentent trahis par les leaders politiques en qui, ils ont placé leur confiance et qu’ils n’ont pas su la mériter et au final, la politique s’est absentée de leurs préoccupations quotidiennes. Ils sont désabusés.

Quand un peuple se sent désabusé dans la politique comme le peuple ivoirien, c’est très grave et ce constat, c’est celui qui serait de mauvaise foi, qui en dirait le contraire. En dehors de ceux qui sont au pouvoir et qui donne de l’emploi, les autres sont obligés de les suivre, est-ce de bonne ou mauvaise foi, en tout cas, le pouvoir a le vent en poupe.

Il y a quelques années en arrière, on ne peut pas monter dans un car, taxi, gbaka, sans qu’un sujet politique enflamme leur conversation, ça n’existe plus et en la matière, il y a un vide qui se crée. Les ivoiriens sont en train de gérer les conséquences des différents mots d’ordre qui ont occasionné des morts, des blessés, des dégâts graves et dont aucun homme politique, n’y a compati et les familles des victimes ont encore sur leur visage les lourdes larmes de tristesse de leurs victimes.

Chez le président Bédié du PDCI RDA, à Daoukro où, pendant la manifestation de la désobéissance civile, la tête d’un jeune a été coupée et servie de ballon, jusqu’à ce jour, il n’y a jamais les pieds pour apporter sa compassion à la famille. La seule qui en a fait un remord, c’est madame Gbagbo, mais son geste a été très mince, parce qu’il n’a pas été suivi par les auteurs qui ont lancé les mots d’ordre.

Des familles entières ont été détruites et jusque-là, aucun politique pour partager ces cas de douleur et les ivoiriens au regard de cette défiance des leaders, qu’ils considèrent comme étant, une foutaise de leur part, ils ont préféré s’éloigner de la politique, politicienne.

Ce matin, un passant qui venait de s’entretenir avec un correspondant, au téléphone, je lui demande ce qu’il pense de la politique, voici sa réponse : « vous êtes encore dans ça vous ? Ils sont où même, ces rêveurs et marchants nos malheurs ? M, je cherche les moyens pour régler ma facture et tant que le président Gbagbo et Blé Goudé, ne rentrent pas, je ne ferai plus de politique avec ceux qui sont là, pour nous mentir pour renflouer leurs comptes bancaires. »

Une femme de renchérir, Abidjan notre seul petit bonheur, n’existe plus et la vie y est devenue méfiante, on se ne fait plus confiance et c’est vrai, beaucoup d’ivoiriens, se promènent avec leur bouteille d’eau dans la main.

Est-ce vraiment l’arrivée du président Gbagbo et de Blé Goudé, qui remettra les pendules politiques à l’heure ? En tout cas, pour ceux qui se réclament encore opposants politiques, en Côte d’Ivoire, qu’ils revoient leur visage dans leur glace, celui qu’ils ont présenté à leurs compatriotes, ne les égaies plus. Il faut revoir la configuration politique ivoirienne, sinon, à cette allure, dommage !

La politique à cette allure, telle que pratiquée, risque de produire, le parti unique.

                                                                     Joël ETTIEN

Content created and supplied by: BusinessActuality (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires