Sign in
Download Opera News App

 

 

KKB à la journée des communicateurs catholiques et musulmans : "Je suis un ministre comblé"

L’Association ivoirienne des journalistes et communicateurs catholiques (AIJCCa) et l’Union des journalistes et communicateurs de Côte d’Ivoire (UJCOMCI) ont organisé, hier dimanche 4 juillet 2004, la première Journée des communicateurs catholiques et musulmans. Cette journée a eu pour point d’orgue un panel autour du thème : « Communicateurs catholiques et musulmans, quelle contribution pour la paix et la réconciliation nationale ? »

A l’issue des interventions et des échanges, le ministre de la Réconciliation et de la Cohésion sociale, Kouadio Konan Bertin, s’est félicité de cette initiative de l’AIJCCa et de l’UJCOMCI.

« Je suis un ministre de la Réconciliation comblé. Je constate finalement que vous faites mon travail à ma place. Car ce que vous êtes en train de faire c’est mon travail. Je suis vraiment heureux que des journalistes catholiques et musulmans se mettent ensemble pour organiser cette activité », s’est-il réjoui.

Puis d’annoncer : « C’est vrai que vous me devancez, mais dès la semaine prochaine, je vais entreprendre une tournée des rédactions pour échanger avec les journalistes sur le sujet de la réconciliation nationale, parce qu’il faut que les journalistes nous accompagnent dans ce processus ».

Bien avant, le père Obrou Augustin, chargé de communication du diocèse d’Abidjan, a invité les journalistes à être des remparts contre les fakenews.

«Les fake news nous invitent en tant que croyants à redécouvrir la valeur de la profession journalistique et la responsabilité personnelle de chacun dans la communication de la vérité. Aucun d’entre nous ne peut être exonéré de la responsabilité de contrecarrer ces fake news. Les journalistes croyants doivent être des amplificateurs de ce qui favorise la communion et promeut le bien, et exclure de leur langage ce qui tend à diviser et isoler », a-t-il recommandé.

L’imam Cissé Djiguiba pour sa part a exhorté les journalistes à construire la paix avec leurs plumes et leurs micros.

« Nous devons avoir la mémoire de ceux qui ont traversé des épreuves, pour être convaincu que nous pouvons nous en sortir. Prenez vos plumes et vos micros pour réduire les disparités de vue et surtout construire la paix dans le cœur des Ivoiriens et des Ivoiriennes », a conseillé le patron du groupe de médias musulman Al Bayane.

Content created and supplied by: Pierre_Ephèse (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires