Sign in
Download Opera News App

 

 

Deux nouvelles vidéos en circulation, le gouvernement prend les taureaux par les cornes

Abidjan, 08 juin 2021- Dans un communiqué rendu public, le lundi 7 juin, le ministre ivoirien de l'Intérieur et de la sécurité, Vagondo Diomandé, dénonce deux nouvelles vidéos incitant à la violence contre des ressortissants de la sous-région.

« Le gouvernement tient à rassurer sa ferme volonté de garantir la sécurité des personnes et leurs biens sur toute l'étendue du territoire national », indique le communiqué.

Les autorités ivoiriennes invitent donc, « les populations à ne pas céder à de telles manipulations, à demeurer calmes et à continuer de vaquer librement à leurs occupations », face à ce qu’il pourrait être à une propagande teintée.

Ce communiqué survient après la diffusion d'une vidéo (fake news) qui a suscité le 19 mai 2021 des violences contre les membres de la communauté nigérienne vivant en Côte d'Ivoire.

Deux nouvelles vidéos ont été récemment postées sur les réseaux sociaux par « des individus mal intentionnés ».

La première vidéo présente des exécutions de personnes commises par des individus qui seraient de nationalité nigérienne sur des présumés migrants maliens, guinéens et ivoiriens.

La seconde vidéo, elle, est une incitation à s'attaquer aux ressortissants burkinabè vivant sur le territoire ivoirien, mentionne le communiqué.

Selon le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, ces vidéos, de même que celle à l'origine des événements du 19 mai 2021, véhiculent de fausses informations et images de nature à provoquer des conflits entre les Ivoiriens et les ressortissants des pays de la sous-région.

Le gouvernement de Côte d’Ivoire a dressé le  bilan de ces agressions contre la communauté nigérienne à Abidjan et dans d'autres villes du pays en indiquant « qu’un Nigérien y a perdu la vie. Trente-neuf (39) autres blessés dont 6 cas graves, un officier de la police ivoirienne légèrement blessé, 51 commerces pillés et 22 incendiés, 14 véhicules saccagés, 21 millions de FCfa déclarés emportés ».

Selon le communiqué publié par le Conseil National de Sécurité (CNS), « 38 personnes ont été interpellées par la police. Des armes blanches ont également été saisies ».

Edmond kouassi ( EDDYDY)

Content created and supplied by: Eddydy (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires