Sign in
Download Opera News App

 

 

La suppression du poste de vice-président en réflexion ?

Depuis novembre 2016, la Côte d'Ivoire a adopté une nouvelle constitution suite à un référendum. Cette nouvelle constitution a chamboulé l'organigramme du pouvoir exécutif, désormais le président de l'Assemblée nationale n'est plus le dauphin constitutionnel du chef de l'État, c'est le Vice-président qui occupe ce rôle.

Le 13 juillet 2020, la nouvelle tombe, la démission du vice-président est officialisée par un communiqué de la présidence de la République. Ce départ est venu au plus mauvais des moments, 5 jours après le décès de l'ancien premier ministre Amadou Gon.

Ce poste vacant fait l'objet de rumeurs incessantes depuis le départ de Kablan Duncan. Le président Ouattara soucieux de la stabilité politique de son pays, envisagerait, sur les conseils de certains conseillers politiques, de soumettre un projet de loi à l'assemblée nationale et au sénat, abrogeant la vice-présidence. Sachant que toute nomination à ce poste en ferait d'office le candidat potentiel pour 2025 sous la bannière du RHDP. Le président Ouattara, a tiré toutes les leçons de son choix d'opter pour Amadou Gon Coulibaly comme candidat du RHDP, en 2020. Ce choix a fait couler beaucoup d'encres et à entraîner le départ de nombreux cadres et de certaines formations politiques au sein du RHDP. Notamment Amon Tanoh et Mabri Toikeuse, de l'UDPCI.

Si après analyse des avantages et inconvénients, le bien fondé de cette décision prime, alors la Côte d'Ivoire entamera un nouveau cycle politique avec la suppression d'une institution qui n'aura pas fait long feu.

Content created and supplied by: HenocleVeinard (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires