Sign in
Download Opera News App

 

 

Duekoué : l'OIPR met fin aux activités de scieurs clandestins dans le parc du mont Péko

Alors qu'ils s'adonnaient au sciages de bois dans le parc du mont Péko, quatre individus dont les identités ne nous ont pas été relevées pour l'instant ont été appréhendés non loin du village de Bagohouo par des âgents de l'Office ivoirien des parcs et réserves. L'opération qui s'est déroulée dans nuit par les hommes du colonel Ouattara Kplo a permis également de mettre la main sur d'importants matériels de travail dont des tronçonneuses. " Évidemment, nous avons exploité une source anodine qui nous informait de la présence d'exploitants forestiers dans la zone tampon qui sert de ceinture de protection du parc. Nous avons conduit ces hommes à la brigade de gendarmerie de Duekoué pour rechercher leurs commanditaires ou leurs complices" a révélé le colonel Ouattara Kplo sur une radio communautaire de la région du Guémon. Poursuivant, il a lancé un appel à tous les jeunes qui s'adonneraient au sciage de bois dans la zone du mont Péko." Je voudrais en profiter pour attirer l'attention des jeunes sur cet massif forestier. Par le passé, des individus ont infiltré cette forêt et y ont fait des dégâts incroyables. Depuis des années, cette forêt est sous notre surveillance et nous faisons tout pour protéger la faune et la flore qui y existe", a indiqué le commandant Ouattara. Ces jeunes dont l'âge vacille entre 20 et 40 sont passibles de poursuite judiciaire. Le mont Péko est un massif montagneux situé entre les départements de Bangolo et de Duekoué. Érigé en parc en 1968, cette forêt a été infiltrée par des clandestins venant de la sous-région qui l'ont transformée en de grandes étendues de plantations de cacao. Le chef de ces infiltrés Amadé Ouremi y avait même construit un village doté d'une école où travaillaient des instituteurs bénévoles. Il a fallu attendre le 18 mai 2013 pour que l'armée ivoirienne mette fin au règne d'Ouremi qui avait une milice d'environ 200 personnes. En 2016, sous la pression des villages riverains et du Canada, l'État se décide enfin d'expulser les planteurs clandestins qui y vivaient en toute liberté. Outre la destruction de la flore, ceux-ci ont exterminé de nombreux espèces animaliers tels des buffles, des éléphants et même des lions. Depuis 2016, cette forêt est gardée par des agents de L'oipr basée a Duekoué avec l'appui logistique et humain du cantonnement régional de L'oipr basée dans la ville de Man. Cette arrestation fait partie des dizaines d'arrestation opérées dans cette forêt par " les soldats des parcs" depuis des années. Il faut enfin retenir que cette étendue fait 34000 hectares avec 21 villages situés à ses alentours. Les accrochages réguliers entre les agents de cette unité et les jeunes des villages riverains sont toujours enregistrés.

Kanou Francklin.credit photo.

Légende : le mont Péko vu du village de Diebly, dans la sous-préfecture de Bléniminhouin.

Content created and supplied by: Kanoufrancklin (via Opera News )

duekoué mont péko

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires