Sign in
Download Opera News App

 

 

L'élevage des porcs: voici tous les détails pour vous permettre d'être des professionnels !

L’élevage des porcs est une activité qui permet d'assurer l'entretien et la multiplication des porcs pour des fins commerciales ou comestibles.

De ce fait, il représentera une activité économique rentable si et seulement si l'on maîtrise un certain nombre de choses, notamment, le logement, la reproduction, l’alimentation, la santé et la gestion technique et économique des animaux. Toutefois, les qualités suivantes sont à observer chez l'éleveur. C'est-à-dire, qu'il doit être calme, observateur, aimer les animaux, doit savoir tenir un registre des performances d'animaux, et être rigoureux.

À toutes fins utiles, le porc est un monogastrique omnivore (c'est-à-dire qu'il mange tout) qui transforme une gamme très variée des produits et sous-produits agricoles non consommable par l’homme en produits de meilleure qualité qui est la viande.

La famille des porcs a plusieurs races:

" Les races améliorées.

Large white ou yorkshire : porc blanc, très robuste d’origine anglaise à l’oreilles dressées, bien adaptée en milieu tropical, bonne qualités maternelle :

- 10 à 13 porcelets à la naissance

- 9 à 10 porcelet au sevrage.

- poids adulte verra et truie : 150 à 250 kg

Landrace : porc blanc, d’origine danoise, au corps allongé et aux oreilles pendantes, grand format, bonnes qualités maternelles, plus sensible au stress que la large white :

- 8 à 12 porcelets à la naissance

- 7 à 9 porcelets au sevrage

- poids adulte : verrat en truie : 150 à 250 kg

Duroc_Jersey : porc marron (rouge brique), d’origine américaine, très robuste, très prolifique, qualités maternelles médiocres :

- 10 –12 porcelets à la naissance

- 7 à 9 porcelets au sevrage

- poids adulte : verrat et truite : 250 – 350 kg

Berkshire : porc noir, d’origine anglaise, caractérisé par 6 points blancs aux extrémités des pattes, au groin et à la queue, petites oreilles bien dressées, prolificité faible, qualités maternelles moyennes :

Ex. – Bakossi – Porc Extrême-Nord – Porc de l’Ouest

- 7 – 9 porcelets à la naissance

- 5 – 7 porcelets au sevrage

- poids adulte verra et truie : 150 – 250 kg

Hamphire : porcs noir, d’origine anglaise, caractérisé par une ceinture blanche au niveau de la partie antérieure du corps, oreilles dressées, très excellentes pour les croisements entre les races, qualités maternelles moyennes

- 8 – 7 porcelets à la naissance

- 5 – 6 porcelets au sevrage

- poids adulte : 150 – 200 kg

"Races locales

Il existe plusieurs souches selon les régions. Elles sont très rustiques, de petit format, bonne pour l’élevage familiale de subsistance. Qualités maternelles bonnes, faible prolificité :

- 4 à 6 porcelets à la mise bas

- 4 à 5 petits au sevrage

- poids adulte verrat et truie : 40 – 60 kg

Hybrides ou croisés entre races

Plus de 80% des porcs élevés de nos jours , sont hybrides issus des divers croisements à la fois entre les races des races améliorées ont de très bonnes performances reproductrices, bonnes qualités maternelles, croissance rapide recommandées en élevage paysan. Poids adulte 250 à 350.

Le porc est un animal à croissance très rapide. Il suffit de 6 à 7 mois pour amener un porcelet de 1,2 kg (naissance) à 90-100 kg. En d'autres termes, c'est un animal très prolifique : 7 à 12 porcelets à la mise bas et avec 2 mise-bas/an, vous pouvez sevrer 14 à 18 porcelets par truie et par an. C’est le seul animal domestique à présenter un grand rendement en carcasse, 73-75%. En plus, il ne demande pas un espace important pour grandir , soit un espace de 5 à 6 m² par verrat (mâle) et 9 à 12m² par truie (femelle) avec ses petits. Il produit de la viande sans contribuer à la détérioration des pâturage naturelles et des cultures et ne demande pas un capital important pour démarrer son activité. Pouvant ainsi constituer pour le paysan un épargne sur pied important pour la résolution de ses problèmes sociaux : scolarité, mariage et funérailles, et bien d'autres.

L'élevage du porc contribue à la fertilisation du sol à travers ses déjections. Un porc adulte peut produire 600-730 kg de fumure organique par an.

Dès lors, pour opérer un bon choix lié au site (bâtiment), il vous faut avant tout propos les informations suivantes :

- Choisir les zones où la ventilation naturelle est efficace (sommet, versant,...)

- Orienter les bâtiments suivant la direction Est-Ouest,

- Être à proximité d’un bon approvisionnement en eau.

1) Bâtiment.

- Les meilleurs bâtiments sont en général à sol cimenté et largement ouverts sur les côtés. Ne jamais élever vos porcins sur un sol nu, à défaut du sol cimenté, un sol en planche sur pilotis est aussi nécessaire.

- Les murs séparant les loges et construits en bois durs, en parpaings, en brique de terre ou en bambous de chine, doivent être à 1,30 m du sol.

- Le sol doit lui aussi être légèrement incliné de manière à faciliter l’écoulement des eaux de nettoyage.

- Chaque loge doit avoir une aire de couchage et une aire d’exercice. La surface de couchage doit être couverte en tôles, en paille ou encore en natte. La surface d’exercice non couverte doit être assez large pour faciliter le déplacement et la défécation des animaux.

- Prévoir un couloir de service de 1,5m de large avec une pédiluve à l’entrée et à la sortie de chaque bâtiment.

À cet effet, on distingue 4 types de loge dans une porcherie :

* Une loge d’engraissement,

* Une loge d’attente saillie,

* Une loge de maternité,

* Une loge de verrat (verraterie)

- Les Loges d’engraissement permettent de regrouper les porcelets pour les nourrir jusqu’au poids d’abattage. 5 à 10 porcelets par loge.

- Les loges d’attente saillie permettent de regrouper les jeunes truies vides qui attendent la saillie : 3 à 5 truies par loge.

- Les loges de maternité sont des loges conçues pour la mise-bas. Elles contiennent des barres de fer ou de bois fixées au mur à 10-15 cm du sol pour protéger les porcelets contre l’écrasement de la truie pendant l’allaitement. Une petite loge peut être conçue dans la maternité pour une distribution spéciale de l’aliment porcelet à partir de la deuxième semaine.

- La loge de verrat doit se trouver au milieu des loges des truies car la vue et la proximité des truies aiguisent l’appétit sexuel chez le mal alors que la vue et proximité des mâles favorisent la venue régulière des chaleurs chez la femelle.

- Ne jamais surcharger les loges afin de permettre aux animaux d’adopter les positions avantageuses de multiplication.

Les Poids vifs :

- 10-20kg : 1m²/porcs

- 20-50kg : 1,5m²/porc

- 250-100kg : 2,5kgm²/porc

- Les porcs Adultes : 2,5 - 3m²/porc

- Verrat : seul dans la loge

- Truie + porcelet : 10 – 12 m²

La mangeoire et l’abreuvoir ne doivent pas être construits ni côté, ni dans la zone d’exercice.

Les températures ambiantes optimales pour différentes phases physiologiques sont :

- porcelet (naissance) : 0,9 – 1,5 kg : 30-32°c

- porcelet sevré : 10 kg : 26°c

- porc à l’engrais : 30 kg : 24°c

- porc à l’engrais : 50 kg : 19°c

- porc à l’engrais : 100 kg : 16°c

Comme il est difficile d’avoir ces températures dans nos régions, les bâtiments devront être largement ouverts sur les côtés pour favoriser une bonne ventilation.

2) La reproduction.

Le choix d’un bon reproducteur doit se porter sur sa conformation, son état sanitaire, absence des défauts génétiques (hernie ombilicale ou scrotale) et le caractère de l’animal (calme ou méchants).

C'est-à-dire savoir choisir des verrats ayant des partie mâle et la verge bien ressortis et bien développés.

- Des truies avec la vulve normale et possédant au moins 12 tétines.

- Garder 1 verrat pour 20 truies pour un grand troupeau, un troupeau de truie inférieur ou égal à 20 et supérieur à 5. Deux verrats sont nécessaires.

Quant à la la période de puberté, elle correspond à l’âge auquel l’animal manifeste les premier signes de reproduction. Cet âge varie entre 4 et 6 mois, même à partir de 3 mois chez les races locales.

Ne jamais croiser les animaux à la puberté car la maturité sexuelle n’est pas atteinte.

Age de mise en reproduction cher les porcs varie en fonction des races.

- Races améliorées : 7 – 8 mois (80-100kg)

- Races locales : 6 – 7 mois (40-6 kg)

* Le Cycle sexuel de la truie

Le cycle sexuel ou cycle oetrien se succède toute l’année et sa durée varie de 19 à 23 jours avec une moyenne de 21 jours.

* La chaleur

C’est la période au cours de laquelle la truie accepte le mâle et peut être fécondée. Elle dure environ 60 heure chez la truie et se reproduit tous les 21 jours.

* Les signes des chaleurs

- Énervement et diminution de l’appétit

- Chevauchement des autres porcs

- Rougissement et gonflement de la vulve

- Léger écoulement d’un liquide visqueux dans la vulve

- Test d’immobilisation qui est la résistance à la pression exercée sur le dos.

Si vous n’êtes pas expérimenté sur les signes de la chaleur faites entrer le verrat chaque matin dans la loge des femelles et observer, si une femelle est en chaleur, elle sera facilement détectée par le verrat.

Techniques du groupe des chaleurs

- Faites un sevrage «brutal » en accumulant les stress. Ni, aliment, ni eau pendant 36 heures (diète totale).

- Changement de local et mise à proximité des verrats.

- Groupage des truies sevrées

- Vermifugation

- Vaccination au rouget (soit le jour du sevrage soit dans les 5 jours qui précèdent, à éviter en gestation, pour les cochettes, vaccination un mois avant la mise en reproduction.

- Détecter les chaleurs dès la 3ème jours après le sevrage.

* La saillie

La saillie ou accouplement se fait entre la 12ème et la 24ème heure après l’apparition des premiers signes de chaleur. Faites une double saillie à 12 heure d’intervalles, de préférence le matin et le soir. Une double, ou si possible une triple saillie augmente les chances de réussite tant pour le taux de conception que pour le nombre de porcelets nés.

Le flushing consiste à augmenter la quantité d’aliments riche en énergie et en protéines donnée une truie vide pour donner plus de chance aux ovaires de produire plus d’ovules pendant la chaleur. Un apport de vitamines A.D.E. et d’oligo-éléments est indispensable.

Contrôle des retours en chaleur

Le contrôle des retours en chaleur doit se faire à partir du 18ème jours jusqu’au 23ème jour après la saillie et une seconde fois vers le 42ème jour. S’il n’y a pas de chaleur, c’est que la fécondation a eu lieu.

* La gestation

Elle dure 3 mos 3 semaines 3 jour soit 112 à 116 jours avec une moyenne de 114 jours. L’enregistrement de la date de saillie est très importante, car il permet de préparer la mise-bas.

Préparation de la mise-bas

A une semaine de la mise-bas :

- Laver proprement la maternité

- Laver la truie et la déparasiter (externe et interne)

- Réduire la quantité d’aliment et donner d’eau ou de la drêche de brasserie ou de l’herbe verte pour éviter la constipation

- Ajouter si possible par jour 2g d’oxytetracycline dans l’aliment pour prévenir la Métrite-Marmite-Agalactie (M.M.A.)

* La mise-bas

À l’approche de la mise bas,

- La vulve s’élargit, devient faible et très gonflée

- Le premier lait ou colostrum apparaît à la mamelle,

La mise bas se déroule en quelques heures (4 à 10 heures) et finit avec l’expulsion du placenta. Il est recommandé d’assister à la mise bas afin de sauver les porcelets ou la truie en difficultés.

* Entretien des porcelets

A la naissance, le porcelet pèse entre 0,9 et 1,5 kg et est très incapable de se protéger contre les basses températures. Il faudra bien protéger la maternité contre le froid.

1er au 2ème jour

- Couper le cordon ombilical à 2,3 cm afin d’évite une perte de sang et désinfecter avec de la teinture d’iode. Cette coupe peut ne pas être nécessaire en saison sèche car il se sèche facilement,

- Couper si possible les canines car ils ne sont pas utiles aux porcelets et blessent les autres pendant la lactation.

3ème jour

- Injecter le fer pour prévenir l’anémie du porcelet 1 à 2 cc à la cuisse (jambon) ou derrière l’oreille et une seconde fois vers le 15ème jour,

- Marquer les porcelets pour les identifier.

4ème – 10ème jour

Traitement antibiotique pour éviter les diarrhées et renforcer les défenses du porcelet.

- Distinguer l’aliment porcelet à partir de la 2ème semaine.

- La castration doit se faire entre la 1ère et la

2ème_semaine, car la contention est plus facile et le stress moins important.

Sevrage : le sevrage se fera à 42 jours ou plus pour les éleveurs non expérimentés.

Quand une truie a été nourrie pendant la lactation après le sevrage, la chaleur se manifeste dans les 10 jours qui suivent, particulièrement le 4, 5 et 6ème jour.

L’indice de productivité = nombre de porcelets sevrés/truie/an. C’est un critère important pour la rentabilité de l’élevage porcin. Un bon éleveur doit faire deux mises-bas/an/truie donc entre 14 et 18 porcelets sevrés/trie/an.

3) L' alimentation des porcs.

Formulation du régime alimentaire.

La formulation d’un régime consiste à calculer la proportion dans laquelle les aliments doivent être additionnés les uns aux autres pour obtenir un régime mixte et bénéfique aux sujets.

La ration est la fraction du régime que le porc consomme chaque jour.

* Les éléments de formulation

Cinq éléments sont à considérer :

- Besoins nutritifs de l’animal

- Valeur nutritive des ingrédients

- Choix des ingrédients

* Source d’énergie

* Source des protéines

* Source des minéraux

- Quantité à distribuer chaque jour

- Concentration nutritive de la ration mixte.

Exemple : De formulation

3 ingrédients : maïs (source d’énergie), soja grain (protéine) poudre d’os (minéraux)

Après ajustements, cela donne :

* Maïs : 73%

* Soja grain : 24%

* Poudre d’os : 3%, ce qui donne un total de 100%.

Caractéristique de l’aliment :

- Energie digestible : 3 504 Kcal/kg

- Protéines brutes (%) : 15

- Calcium % : 1,15

- Phosphore % : 0,84

Exemple 2 : formulation d’aliments complémentaires de la drêche de brasserie à l’IRZV de Nkolbisson.

• Maïs : 50%

• Tourteau coton : 17%

• Tourteau palmiste : 5%

• Farine de sang : 5%

• Son de riz : 21%

• Poudre d’os : 2%, ce qui donne un total de 100%

- Porcs en croissance finition : 0,5 kg à 1 kg d’aliment complet + 4 à 6 kg de drêche fraîche/jour

- Truie allaitante : 2 kg d’aliment complet + 10 kg de drêche fraîche/jour

En général les aliments complets doivent être formulés de manière à avoir une combinaison de source d’énergie de 60 à 70%, une combinaison de source de protéine de 20 à 35 % et des sources minéraux de 2 à 5%.

Pour l’utilisation des aliments grossiers et frais comme le manioc, la banane, le macabo et bien d'autres.

un complément d’aliments complets est nécessaire.

* Le taux incorporation de quelques produits.

- Maïs : 30 à 70%

- Tourteau coton : Ne pas dépasser 20%

- Farine de sang : 5%

- Tourteau de palmiste : 15-20 %

Utiliser le concentré porcs vendus sur le marché aux taux recommandé : Ex : 10%, 20%, 33%.

4) La santé du porc.


Hygiène

On ne le dit jamais assez. Prévenir vaut mieux que guérir : l’entretien d’un bon état sanitaire du troupeau est l’une des clés du succès.

- entourer et isoler la porcherie loin des lieux d’habitation ;

- nettoyer la porcherie tous les jours ;

- éviter les fréquentes visites des personnes étrangères ;

- ne pas autoriser les acheteurs de porcs entrer à l’intérieur de votre porcherie ;

- ne jamais utiliser vos verrats dans d’autres fermes, ni accepter saillir les truies des autres.

- éviter de distribuer les aliments moisis, les déchets des poubelles, les reste des restaurants à vos animaux .

- prévoir toujours une pédiluve contenant un désinfectant à l’entrée de chaque bâtiment.

Les Principales maladies du porc.

Maladies-infectieuses

Peste porcine africaine

, depuis 1982, elle est provoquée par un virus. Signes :

- haute température ( 41°C)

- perte totale d’appétit (l’animal ne mange plus, de petites tâches violettes apparaissent sur les oreilles, le ventre et l’intérieur des cuisses)

- démarche chancelante

- pas de traitement

Gastro-entérite transmissible : maladie virale

Signe : diarrhée verdâtre, aiguë avec vomissements et mortalité précoce chez les porcelets.

Pas de traitement, utilisez cependant les antibiotiques et les vitamines contre les maladies secondaires.

Colibacillose néotale ou diarrhée blanche du porcelet, maladie des porcelets de 10 jours environ.

Signes : diarrhées blanches ; porcelets fatigués et couchés.

Traitement-antibiotique

Autres maladies du porcelet : diarrhée jaunâtre anémie injection du fer.

Coccidiose causée par les coccidies

Signes : diarrhée gris-vert chez le porcelet ; perte de poids et déshydratation.

Traitement anticoccidien, coccidiostatique

Pneumonie enzotique causée par mycoplasmes

Signes : Hausse de température ; toux ; accélération de la respiration.

Traitement_antibiotique

Rouget causée par une bactérie

Signes : perte d’appétit ; constipation ; peut être confondue à la peste porcine ;

Tâche rectangulaires et violettes sur la peau.

Prévention : Vaccin disponible ; traitement antibiotique.

Metrite – Mammite – Agalactie (MMA) : infection bactérienne

Signes : Inflammation et gonflement des glandes mammaires ; infection de l’utérus (métrite) ; absence de sécrétion du lait (agalactie).

Traitement antibiotique + bonne alimentation

Salmonellose ou parathyphose : provoquée par une bactérie

Salmonellose ou parathyphose : provoquée par une bactérie

Signes : Hausse de température ; amaigrissement ; diarrhées nauséabondes et sulfamides

- Maladies de la reproduction : les virus SMEDI

Signes : Trouble de la reproduction ; mortalité ; momification ; mortalité embryonnaire ; retours en chaleur fréquents.

Pas de traitement, mais on peut vacciner les jeunes truies avec les fécès des truies déjà atteintes.


RichardToty

Content created and supplied by: RichardToty (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires