Sign in
Download Opera News App

 

 

Il faut sauver "Ahmed", l'éléphant alcoolique avant qu'il soit trop tard

Voilà bientôt un an, depuis septembre 2020, que les Ivoiriens se sont réveillés un matin en découvrant sur les réseaux sociaux des vidéos montrant un éléphant s'en prendre à des véhicules, bloquer une route ou encore servir de compagnon de jeu à des enfants. Ces scènes ont surpris certains et fait rigoler d'autres. Mais l'histoire est devenue inquiétante lorsqu'un jour "Ahmed" (surnom attribué à l'animal) a bu environ 200 litres de "koutoukou" pour étancher sa soif et qu'il s'est mis à terroriser la population de la région de Guitri, localité au sud-ouest de la Côte d'Ivoire où il est apparu.

La Direction de la Police Forestière et de l'Eau l'avait transféré au parc de N'Zi River Lodge, après un transit par le Zoo naturel d'Abidjan le 10 septembre 2020. Mais "Ahmed" s'est visiblement échappé du parc où il était admis, comme en témoignent depuis quelques jours des vidéos relayées. Le mastodonte a démoli des hangars, détruit des plantations, broyé des véhicules avec ses quatre tonnes.

(Au début, "Ahmed" aimait bien jouer avec les enfants)

C'est en 2020 qu'il a marqué les esprits, en faisant irruption dans une unité de fabrication d'alcool frelaté ("koutoukou"). Les fabricants ayant pris la fuite, l'animal a bu près de 200 litres du breuvage pour étancher sa soif. Sous l'effet de l'alcool, il a semé la terreur dans la localité, avant de s'assoupir quelque temps après. Si jusque-là les frasques d'"Ahmed" n'ont pas encore fait mort d'homme, il ne faut pas attendre que le pire arrive avant d'agir efficacement. Certes, les autorités compétentes font le nécessaire pour préserver l'animal et la vie des populations. Mais apparement "Ahmed" n'est pas du genre à se contenter de rester sur place, comme en témoignent ses nombreuses fugues.

Une histoire sulfureuse a d'ailleurs vu le jour autour de lui. Selon une croyance largement répandue au sein de la population, "Ahmed" serait un être humain transformé en éléphant. «Ahmed était jaloux de son frère. Chaque nuit, il se transformait en éléphant pour aller gâter le champs de son frère. Une nuit, ce dernier a suivi Ahmed et quand il s'est transformé en éléphant, il a gâté le médicament. Ahmed est resté dans la peau d'éléphant», raconte l'internaute M.Ethienne. Comme elle, beaucoup de personnes croient cette version sortie tout droit de l'imaginaire. 

(Dans les images d'une vidéo, l'animal a renversé ce fût d'eau, avant de démolir un hangar dans une cour)

Pourtant, l'éléphant "Ahmed" est arrivé dans la zone rurale de Guitri en 2014, après s'être échappé d'un groupe de quatre éléphants, au parc national d'Azagny, à environ 50 kms. Depuis, il est arrivé dans la localité de Guitri où sa compagnie ne venait personne. C'est ensuite qu'il s'est mis à détruire les plantations. Depuis environ quatre ans, il a sillonné les villages à la recherche de nourriture. Au début très sympathique et inoffensif, il est devenu agressif. 

L'Office des parcs et réserves de Côte d'Ivoire n'a pas avancé les raisons du départ de l'éléphant de son environnement naturel. Toutefois, l'animal semble encore jeune, au vu de ses défenses qui ne sont très développées. 

(Le cas du mastodonte a besoin d'être examiné de près)

Si "Ahmed" a pris goût à l'alcool, les habitants de la localité ne sembleraient pas tout à fait innocents dans cette histoire. Certains d'entre eux en auraient déjà donné à l'animal lorsqu'il s'aventurait à l'époque dans les villages.

La maire de Guitri, Patricia Yao interrogée en septembre 2020 par la rédaction de France 24 (Les Observateurs) a révélé que l'animal était au départ joueur et que des gens lui donnaient à manger ou à boire. «Quand il a commencé à déambuler dans la région il y a trois ans, il était très sympathique, les enfants jouaient avec lui et lui donnaient à manger. Mais il a grandi et grossi et un éléphant de cette taille ne peut pas cohabiter avec l'homme, il devient agressif. Dieu merci, il n'a encore tué personne, mais il aurait pu», a-t-elle déclaré. Patricia Yao a expliqué que les dégâts matériels causés par l'animal seraient estimés pour faire un rapport au gouvernement.

Selon l'IFAW (fonds international pour la protection des animaux) qui a supervisé le transfert d'"Ahmed" en 2020, aux côtés de la police forestière, seul le parc naturel d'Azagny peut recevoir un animal de cette taille. Pour la vie de l'éléphant et de celle des habitants, ne serait-il pas envisageable par exemple de lui construire un enclos aménagé au sein du parc avec la présence d'une femelle à ses côtés ?

Content created and supplied by: Fatogoma (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires