Sign in
Download Opera News App

 

 

Les chats au pelage noir sont ils à craindre?

La tradition Africaine tout comme Européenne est faite de bon nombres de mythes parmi lesquels celui du chat noir comme étant auteur ou à la base des malheurs du ménage dans lequel il se trouve. Mais qu'en est il de ce mythe? D'où tire t'il son origine et est il vrai?

Les sciences naturelles nous enseignent que la couleur,la forme et la taille d'un être vivant lui sont donné par des gènes parentaux.ainsi la couleur,la taille et la forme d'un être ne dépendant pas de lui mais des gènes qui predestinent ces caractères. Mais pourquoi voir dans le pelage du chat noir,l'objet d'un malheur?  Ce serait au Moyen-âge que le chat noir aurait commencé à inspirer la crainte et la superstition. Chaque petit félin au pelage d’ébène était associé aux sorcières et supposé être une incarnation du diable. Il était vu comme un animal dangereux dont le but consistait notamment à vampiriser les jeunes enfants, à hypnotiser les honnêtes gens de ses yeux qui brillent dans la pénombre ou encore à imiter les cris des enfants pour terroriser la population – en réalité des cris de chats en rut.

Pour la comprendre, il faut se tourner vers l’Église et la fameuse chasse aux sorcières, qui s’est étendue du VIIIe au XVIIIe siècle, avec des pics plus ou moins importants de ce mouvement selon les époques. L’Église s’est lancée dans une politique ferme de dénonciation des péchés et s’est imaginée qu’un complot de sorcières s’organisait en secret pour détruire la chrétienté. Les femmes qui avaient le malheur d’être quelque peu marginales – c’est-à-dire les guérisseuses (qui utilisaient les bienfaits des plantes pour les soins), les femmes solitaires, les femmes érudites, etc. – furent alors très vite considérées comme des menaces. Il suffisait qu’une vache meure dans le village voisin, qu’un enfant se blesse ou qu’un paysan décède pour que la malheureuse soit qualifiée de sorcière et condamnée au bûcher. Il en allait de même si elle était accompagnée d’un chat noir ou si elle en nourrissait un, qui serait, selon les chrétiens, le diable ! Néanmoins, l’Église haïssait tous les chats en général, qu’ils soient noirs ou porteurs d’autres couleurs.

En effet, l’Église considérait que le chat était porteur de vices et de péchés ignobles, tels que l’avarice, la colère, l’envie, la gourmandise, la luxure, l’orgueil et la paresse. Des millions de pauvres petits matous au pelage noir furent ainsi condamnés avec leurs maîtresses et finirent ainsi pendus, écorchés vifs, crucifiés ou brûlés.

Voici donc l'origine de tout le mythe fait autour des chats noirs qui pourtant sont identiques aux autres chats.

Content created and supplied by: Scoopeur (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires