Sign in
Download Opera News App

 

 

Pour empêcher l’intervention russe au Mali : la France exerce une pression maximale sur Assimi Goïta

Paris est bien décidé à faire barrage à l’arrivée de soldats russes au Mali. Qu’ils soient des militaires de l’armée régulière ou des paramilitaires du groupe de sécurité privé, Wagner, Paris ne veut rien savoir. Le Colonel Assimi Goïta est sous une pression intenable.La ministre Française, Florence Parly fait une sévère mise en garde (Photos web)

La ministre des Armes de France, Florence Parly a été on ne peut plus clair, dans l’entretien qu’elle a accordé, le lundi 06 décembre 2021 à Radio France internationale (Rfi). La France fera tout ce qui est à son pouvoir pour empêcher que la Russie prenne pied sur le sol malien. 

La position de Paris sur cette question est déjà connue. Elle a abondamment été exprimée par Emmanuel Macron lui-même et par son ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian qui, lui ne s’embarrasse pas de circonvolution diplomatique pour s’adresser aux autorités maliennes au pouvoir.

Le Colonel Assimi Goïta à la croisée des chemins

Le fait nouveau, c’est que la France met sa présence au Mali sur la balance contre celle des Russes. En effet, lors de l’entretien avec les journalistes de Rfi, la ministre des Armées s’est voulue sans ambages. Si malgré tout, Wagner ou des militaires russes devaient fouler le sol de ce pays « dans ces cas-là, la France s’en va du Mali ». Elle a sous-entendu par la même occasion que si son pays partait, « la communauté internationale », à savoir les autres pays européens, s’en iraient également.

Et Florence Parly de brandir l’épouvantail des sanctions. Celles d’abord de la France et de ses allies à l’encontre des dirigeants de la Transition malienne et celles qu’elle prévoit que la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (Cedeao) prendront sûrement contre ces mêmes dirigeants et « ceux qui empêchent l’organisation des élections », lors de sa prochaine réunion prévue en ce début du mois de décembre 2021.Ces paramilitaires de Wagner qui font si peur à Paris !

La révélation sur l’objet de la prochaine réunion de la Cedeao sonne comme une injonction ferme faite aux Chefs d’État et de gouvernement de l’espace communautaire à épouser toutes les positions de la France, en isolant autant que faire se peut, le Mali qui est pourtant un membre de la Cedeao.

L’intérêt de la France n’étant pas forcément celui du Mali, il serait curieux de voir si le Colonel Assimi Goïta va-t-il se laisser intimider en renonçant à une alliance forte avec la Russie qui lui permettrait de survivre en tant qu’État, dans un contexte où paradoxalement, la France a déjà annoncé pour très prochainement, le retrait du Sahel de ses forces militaires de l’opération Barkhane. Par ailleurs, la Russie ne fait pas partie de ces pays que la Franche peut intimider en quoi que ce soit. Le pays de Vladimir Poutine en a vu bien d’autres !

Théodore Sinzé

 

 

 

Content created and supplied by: ThéodoreKoffiSinzé (via Opera News )

emmanuel macron jean-yves le drian mali paris russie

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires