Sign in
Download Opera News App

 

 

La Côte d'ivoire vers l'escalade dans ces législatives ? Ces avertissements qui ont été ignorés...

Dans moins de 24 heures, sonnera l'heure de vérité, pour les candidats aux élections législatives de ce Samedi 06 Mars en Côte d’ivoire. 

Si contrairement à l’élection présidentielle d’Octobre 2020, l’opposition dans son ensemble, participe activement à ce scrutin, des risques de violences et d’irrégularités planent sur ces joutes électorales, pourtant présentées comme décisives pour le retour à la stabilité politique. 

Face à la presse ce Jeudi 04 Mars, l’alliance PDCI-RDA-EDS dénonçait des manœuvres d’intimidations et des risques de fraude à l'aune de ces élections. 


Des incidents, selon l’opposition, ont été recensés notamment à Abobo, à Adjame, et à l’ouest du pays, à Toulepleu. Cette dégradation du climat de confiance qui a d'ailleurs amené les opposants à hausser le ton face aux autorités électorales, assurant qu'ils ne se laisseraient pas ‘’voler’’ leur victoire, présage de risques palpables de tensions lors de cette journée de vote. 

L'on se souvient qu’à l’ouverture du dialogue politique en fin Décembre 2020, certaines personnalités politiques, dont l'actuel conseiller au ministère de la réconciliation nationale, Eugène Djue, avaient mis en garde contre le caractère précipité de l’organisation de ce scrutin. 

À l'instar d'autres observateurs de la vie politique Ivoirienne, Eugene Djue pointait du doigt la situation du tissu social, rendu particulièrement fragile avec la crise du 3ème mandat. C’est d’ailleurs l'un des arguments sur lesquels, Générations et Peuples Solidaires (GPS) de l'ex chef du parlement, Guillaume Soro, s’était appuyé pour renoncer à participer à ces législatives. Après une crise électorale marquée par de violents affrontements intercommunautaires qui ont fait des dizaines de victimes, ce scrutin s'annonce comme un véritable test pour la démocratie Ivoirienne, dont l'image a été charcutée à l’extérieur depuis le coup de force de Décembre 1999, qui a évincé le pouvoir de Henri Konan Bédié. 

Dès ce Samedi 06 Mars, les projecteurs des médias du monde entier seront de nouveau braqués sur la Côte d’ivoire, pour suivre cette élection, dont le déroulement permettra de jauger de l’état réel du processus de normalisation politique en cours. 

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

côte d'ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires