Sign in
Download Opera News App

 

 

Molonoublé (Didiévi) : fils et filles signent un code de bonne conduite pour la paix et la cohésion

La journée dédiée à la paix, à la cohésion sociale pour le développement de la sous préfecture de Molonoublé dans le département de Didiévi s’est déroulée le samedi 22 mai dernier et elle  a tenu toutes ses promesses. A cette occasion, Cadres, Présidents de mutuelle, acteurs politiques, chefferie traditionnelle, jeunes et femmes signent un code de bonne conduite.

Le samedi 22 mai 2021 à été une journée particulière pour les habitants de la Sous-préfecture de Molonoublé, dans le département de Didiévi. Et pour cause, cadres, présidents de mutuelle de développement, acteurs politiques de haut rang au niveau de la sous préfecture, femmes, jeunes et acteurs du système éducatif étaient mobilisés comme un seul homme pour parler désormais d’une seule et unique voix. A leurs côtés le corps préfectoral conduit par la Secrétaire générale de préfecture de Didiévi, dame Touhou née Konan Tinan Marie-Chantal.

Cette journée de paix, de cohésion pour le développement de Molonoublé qui s’est déroulée sous forme de séminaire a été marquée par cinq ateliers après la cérémonie d’ouverture. Jeunes, femmes, cadres, acteurs politiques et élèves ont passé au peigne fin les comportements, attitudes et difficultés, sources de mise en mal de la cohésion et de la paix et donc du développement.

De grandes décisions pour la paix et le développement

Au terme des ateliers et de la mise en synthèse, chacune des parties prenantes de la vie de la sous préfecture de Molonoublé, (composée de 43 villages), était face à ses responsabilités. Ainsi, des recommandations fortes ont été arrêtées et il est convenu pour chacune des entités représentées d’apposer sa signature au bas du code de bonne conduite, que tous de commun accord ont rédigé. Désormais donc ce document est la boussole pour le développement mais surtout pour la paix et la cohésion de ladite sous préfecture.

Faisant connaître les grandes décisions arrêtées par ledit code de bonne conduite, Léocadie Loukou Adjoua, Vice présidente de l’Upci d’énoncer ceci « Au niveau politique, les signataires reconnaissent à tous les ressortissants de la sous préfecture la possibilité de choisir leur parti politique et d’y militer librement ; d’exercer leur droit de vote et de participer librement et sans contrainte à toutes les activités des processus électoraux dans le respect des lois et règlements de l’ordre public et des bonnes mœurs ; les signataires s’engagent à respecter les droits de tous les citoyens, les droits des partis politiques, des groupements et forces politiques à exercer leurs activités sur toute l’étendue de la circonscription administrative de Molonoublé sans qu’il ne soit porté atteinte à leur intégrité physique, morale et à leurs biens.

Les signataires s’engagent à entrer en compétition dans un esprit de fraternité, de loyauté, à faire preuve de fair-play, à œuvrer au maintien de la paix et à la préservation de l’unité de la cohésion sociale ; les signataires s’interdisent d’utiliser la violence sous toutes ses formes et s’engagent à faire preuve de retenu dans les discours, dans les écrits, les attitudes, les comportements et à respecter les opinions d’autrui ; s’engagent également à lutter contre la violence, les intimidations, les vandalismes, les voies de fait et le désordre public. Les signataires s’interdisent et s’engagent à interdire à leurs militants et militantes, partisanes et partisans, sympathisantes et sympathisants, toutes attitudes, tous comportements, tous propos de nature à porter atteinte à la sécurité, à la dignité, à la vie privée, à l’intégrité physique et morale de toute personne ainsi qu’aux biens privés et publics. Pour tout manquement au présent code, le parti politique, le groupement politique, la force politique ou le candidat en cause encours sa convocation par la chefferie aux fins d’avertissement et s’engage à respecter les décisions qui pourront être prises par celle-ci… », a-t-elle fait noter.

Se penchant sur la cohésion et la paix, la porte voix du comité d’organisation de relever les engagements pris par les signataires. Il s’agit entre autre de « favoriser l’intégration et la solidarité entre les différentes communautés afin de promouvoir la coexistence pacifique, la cohésion sociale entre toutes les composantes des forces vives du territoire administrative de Molonoublé ; à promouvoir les notions de prévention et de gestion pacifique des conflits de toute nature ; à promouvoir le dialogue communautaire, de protection des droits humains, de lutte contre les violences basées sur le genre ; à faire fonctionner le comité de paix et de dialogue inclusif pour la prévention des conflits et à créer un climat de paix, de fraternité malgré les divergences politiques, culturelles, religieuses ou d’opinion… », a-t-elle fait connaitre indiquant que les différents acteurs s’engagent à mutualiser désormais leurs efforts pour des actions de développement au niveau de la sous préfecture de Molonoublé.

 Les raisons d’une telle journée

Avant ces grandes décisions prises, le président du comité d’organisation, Séraphin Koffi Koffi, Vice président du Pdci-Rda, a fait connaitre les raisons profondes de cette journée dédiée à la paix, à la cohésion sociale pour le développement de Molonoublé. Le faisant, il a signifié « à l’instar de plusieurs localités du pays, la sous préfecture de Molonoublé, a subi de gros dégâts depuis 2002, avec des destructions de biens matériels, des pertes en vies humaines, le recul prononcé voire la stagnation de la vie économique et la paupérisation des masses rurales, les statistiques officielles ne classent-elle pas le département de Didiévi comme étant parmi les moins avancés du pays, nonobstant la diversité de ses ressources ? Cette situation a de tout temps interpellé les populations de notre département. C’est pour quoi, au moment où le gouvernement, les leaders politiques et de la société civile ainsi que les guides religieux s’efforcent tous d’œuvrer à la réconciliation nationale afin de pouvoir afin de panser les stigmates de ces crises. Il nous est apparu nécessaire, nous cadres, leaders d’opinion ou politiques, responsables des mutuelles de développement et communautés villageoises de la sous préfecture de Molonoublé, d’assumer prendre notre part de responsabilité en agissant, individuellement mais surtout collectivement à prôner et à promouvoir l’apaisement, la cohésion et la protection des composantes les plus fragiles de la population pour préserver l’équilibre social, facteur de développement et de progrès partagés… » a-t-il expliqué.

Comme lui, le député de la circonscription de Didiévi, N’guessan Edouard, a salué cette initiative avant d’inviter les uns les autres à faire un distinguo entre la politique et le développement. Car pour lui, au-delà des divergences d’opinion, tous doivent demeurer des frères et sœurs et faire preuve d’imagination pour aider et apporter un mieux être aux parents. Quant à Janvier Kouassi, représentant le Secrétaire d’Etat, Brice Kouassi, il a dit la joie de celui-ci pour cette heureuse initiative. Pour lui, les filles et fils de Didiévi devraient pouvoir regarder dans la même direction, celle du développement du département. Au nom du Président Yéboué-Kouamé Pascal, patron du Bélier, le Vice Président, Yao Koffi André, apportant son soutien à cette belle initiative a fait connaitre aux populations les efforts faits par le conseil régional. Qui a investi un montant global de 436 000 000 FCFA dans la sous préfecture de Molonoublé, dans les secteurs de l’éducation et de la santé.

Notons qu’il est revenu à la Secrétaire générale de la préfecture de Didiévi, dame Touhou Marie Chantal, d’ouvrir et de clore cette journée de paix, de cohésion sociale pour le développement de Molonoublé. Ce, après avoir fait le tour des actions du gouvernement en vue de booster le développement de Didiévi.

Eugène YOBOUET

Content created and supplied by: Eugy_Yobouet (via Opera News )

molonoublé didiévi

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires