Sign in
Download Opera News App

 

 

Assemblée nationale : Bictogo, 1er vice-président ou non ? Comment le flou est entretenu !

Le bihebdomadaire français, Jeune Afrique a fait un portrait du député d’Agboville, dans sa dernière livraison. Le concerné s’est présenté comme étant le premier vice-président de l’Assemblée nationale. Cela, malgré les dispositions pertinentes du règlement de l’institution!

Amadou Soumahoro ne voit pas d'un bon œil...

Qui est le vrai patron de l’assemblée nationale de Côte d’Ivoire, aujourd’hui, à tout le moins, le numéro deux ? La question mérite d’être posée quand on voit le flou entretenu par le vice-président Adama Bictogo. Le député d’Agboville se présente à qui veut l’entendre comme étant le PREMIER vice-président de l’institution législative. Avec préséance sur les 10 autres vice-présidents. De sorte que quand Amadou Soumahoro est en dehors du pays pour une raison ou une autre, c’est presqu’automatiquement que le directeur exécutif de Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) assure l’intérim.

Cette attitude d’Adama Bictogo instaure une sorte de bicéphalisme qui ne dit pas son nom. D’autant que le concerné pendant l’intérim, déclare qu’il assure pleinement le rôle de président de l’Assemblée nationale et tente d’agir comme tel, au grand dam de certains députés, comme le révèle Jeune Afrique. Il a d’ailleurs réitéré cette affirmation au média français qui a fait son portrait. Cette attitude, comme le révèle le bihebdomadaire ne manque pas de créer une certaine crispation au sein de l’Assemblée. Le bihebdomadaire soutient même qu’entre Adama Bictogo, et Amadou Soumahoro, le titulaire du poste, les relations sont devenus très glaciales.

...L'attitude d'Adama Bictogo (Photos Web)

Et pourtant, les choses sont très claires. Depuis la réforme de juillet 2018 (Résolution n°005 A du 27 juillet 2018 portant Règlement de l’Assemblée nationale), il n’y a plus de hiérarchie entre les 11 vice-présidents de l’Assemblée nationale élus seulement pour une seule année parlementaire. A l’échéance, tout le bureau de l’Assemblée nationale (le président de l’institution, les 11 vice-présidents, les 3 Questeurs et les 12 Secrétaires (Articles 6 du Règlement de l’Assemblée nationale) est renouvelé, à l’exception notable du président de l’Assemblée nationale qui a lui, un mandat de 5 ans.

Il est bon de préciser par ailleurs que l’intérim du président de l’Assemblée nationale en cas de vacance définitive du poste, pour une raison ou pour une autre, est assuré par le plus âgé des vice-présidents qui organise à date, une nouvelle élection pour désigner un nouveau président de l’institution législative (Article 2-3 du Règlement).

Il se livre une guerre souterraine pour le contrôle de l'Assemblée nationale

Adama Bictogo a assuré à Jeune Afrique  qu’Alassane Ouattara est d’accord pour qu’il assure le rôle de premier vice-président ! En d’autres termes, le Chef d’État l’aurait en quelque sorte pistonné. L’Immixtion du Chef de l’Exécutif ivoirien pose indubitablement la question de la séparation des pouvoirs. L’éthique républicaine a-t-elle encore un sens quand c’est le pouvoir exécutif qui établit ainsi l’organigramme du Législatif censé le contrôler ?

Le Rhdp qui a une majorité confortable au Parlement pouvait bien, sans coup férir, modifier les textes de l’Assemblée nationale dans le sens qui lui convient. Pourquoi donc se complaire dans une situation de non-droit, avec des répercutions prévisibles sur l’avenir de l’institution législative ?

Théodore Sinzé

 

Content created and supplied by: ThéodoreKoffiSinzé (via Opera News )

adama bictogo amadou soumahoro

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires