Sign in
Download Opera News App

 

 

Massacres à Duékoué : Amadé Ouremi balance ses chefs hiérarchiques

Amadé Ouédraogo Remi dit Ouremi a promis aux juges du Tribunal Criminel de dire la vérité rien que la vérité dans les faits qui lui sont reprochés relativement aux massacres des populations civiles de Duekoué lors de la crise postelectorale de 2010. Hier, devant Charles Bini, président du tribunal criminel du Plateau et le procureur Amian, le milicien burkinabé Amadé Ouremi n'a pas tremblé. Alors pas du tout.

Sous les feux roulants des questions des juges et des avocats relativement à son implication réelle ou supposée dans les massacres des populations de l'Ouest, l'ancien patron de la forêt classée du Mont Peko a botté en touche toutes ces accusations dont il est l'objet, selon lui, et désigné lui-même tous les chefs de guerre de qui il répondait sur le théâtre des opérations.

(...) " J'étais à Bagouo le 27 mars 2011. C'est le Commandant Losseni Fofana qui a donné l'ordre de chasser les miliciens de Duekoué. Moi, j'étais un rebelle aux ordres de Coulibaly de Kouibly. C'est lui qui m'a fourni les armes et des treillis militaires...Ce sont les dozo qui ont tué les gens" (...), a déclaré, Amadé Ouedraogo devant une salle d'audience totalement médusée.

Après donc huit ans de détention préventive, l'ex homme fort de la forêt classée du Mont Peko a décidé de dire sa part de vérité dans les événements douloureux qui ont endeuillé l'Ouest montagneux lors de la crise postelectorale de 2010. Pour rappel, c'est le 18 mai 2013 que Amadé Ouédraogo Remi dit Ouremi a été arrêté par un détachement de la gendarmerie nationale.

P. L

Content created and supplied by: Pierre_Lemauvais (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires