Sign in
Download Opera News App

 

 

L'Union du Grand Nord : le projet qui divise au lieu de réunir

L'idée de création d'une Union du grand nord par des cadres et élus issus du septentrion ivoirien alimente le débat depuis la fin octobre 2021, en Côte d'Ivoire. Une idée du maire de Yopougon, Gilbert Kafana Koné. Et c'est sans surprise que certaines personnalités issues de cette partie du pays ont marqué leur désaccord concernant ce projet. Il faudrait expliquer clairement les objectifs et enjeux de cette organisation. En tout cas, en milieu politique cela résonne mal. Imagine-t-on en France des personnalités politiques de premier plan en train de créer par exemple l'Association ou l'Union d'Auvergne-Rhône-Alpes, de la Bourgogne-Franche-Comté, du Grand-Est, des Hauts-de-France, de la Normandie, etc., sans que la République en soit scandalisée ? 

Les plus de 50 ans se souviennent certainement du fameux manifeste rédigé autrefois par des politiciens ivoiriens et que l'on a appelé pompeusement la charte du nord, rendue publique en 1991. On sait ce que cela a produit comme résultat quelques années plus tard, entre 2001 et 2002.

L'idée de se réunir afin d'être plus forts n'est peut-être pas si mauvaise en principe. Mais l'esprit et le contexte ne semblent pas idoines. Si nous avions des institutions fortes (comme nous le disait Barack Obama le 11 juillet 2009) nous n'aurions certainement pas besoin d'emprunter des chemins aussi sinueux.

En Afrique, l'on a encore du mal à faire la part des choses, entre choix politique et appartenance ethnique. Quand ce ne sont pas nos émotions qui l'emportent sur la raison, bien souvent le clanisme n'est guère loin. Le passé devrait nous enseigner à éviter certaines erreurs. C'est connu, poser les mêmes actes et s'attendre à des résultats différents est une hérésie. 

En l'occurrence, la victimisation des populations d'une partie du pays comme substrat à une lutte politique n'a que trop duré. L'ancien président Félix Houphouët-Boigny et l'emblématique chef canton sénoufo, Péléforo Gbon Coulibaly, étaient très proches. Sauf omission, il n'a jamais déclaré au président de la République que les Sénoufo se sentaient marginalisés dans leur pays... À supposer que chaque région ou zone géographique se mette à créer son Union... À quoi aboutirions-nous finalement ? De tels projets ne font-ils pas d'emblée le lit à un tribalisme à l'échelle nationale au détriment du patriotisme ? 

Nous sommes en plein XXIe siècle et les choses évoluent. Lorsque la politique répond clairement aux attentes de la population, il n'y a pas de raison qu'un parti ne puisse conserver le pouvoir en toute transparence le plus longtemps possible. Oui, c'est possible. Après tout, l'aternance n'est-elle aussi un signe de la vitalité démocratique dans un État ? 

Content created and supplied by: Fatogoma (via Opera News )

barack obama côte d'ivoire yopougon

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires