Sign in
Download Opera News App

 

 

La Côte d'Ivoire entre délestage, cherté de la vie et violences

La vie devient invivable presque en Côte d'Ivoire depuis début avril. L'assèchement d'eau dans les barrages hydroélectriques et la panne d'un générateur électrique dans la centrale de production d'Azito ont entraîné la ration du courant dans le pays, ralentissant ainsi l'activité industrielle et économique. Les conséquences immédiates de ce délestage sont entre autres : la cherté de la vie, l'endommagement d'appareils électroménagers des usagers et le désordre dans le commerce. Ainsi la tonne de ciment qui était de 70.000 FCFA est passée à 120.000 FCFA. Les cimenteries connaissant des coupures intempestives d'électricité. Comme si cela ne suffisait pas assez pour rendre la vie des populations difficile, des jeunes de la commune populaire d'Abobo ont perpétré des actes de violences à l'endroit de ressortissants nigériens. Mettant en mal le vivre ensemble prôné par les autorités ivoiriennes et l'intégration africaine. La question qui se pose est : quelle sera la réaction du peuple nigérien si la diplomatie ne joue pas son rôle ?

Pour ce qui est de ces actes de vandalisme et de violence de cette jeunesse ivoirienne, il faut dire que cette jeunesse n'a plus de repères ni de référents. N'oublions pas d'ailleurs le phénomène des enfants '' microbes ''; ces adolescents qui s'arment d'armes blanches et agressent les riverains. Ceux à qui les autorités ivoiriennes ont trouvé un nom de caresse à savoir : les enfants en conflit avec la loi. Il urge que le gouvernement ivoirien s'active afin de mettre fin à cette situation déplorable de délestage et même de pénurie d'eau. Par ailleurs il faut aussi se lancer dans un programme hardi d'éducation civique de cette jeunesse, qui a choisi la violence comme un modus operandi pour se faire justice.

Content created and supplied by: Olivierakaffou (via Opera News )

côte d'ivoire délestage

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires