Sign in
Download Opera News App

 

 

Depuis Bonoua : Mme Gbagbo appelle Alassane Ouattara à amnistier Dogbo Blé et les autres

Pour son engagement politique au profit de la souveraineté de son pays, l'ancienne Première Dame de Côte d'Ivoire, Simone Ehivet Gbagbo a été célébrée, ce dimanche 8 août 2021, à travers le « Simone Day », à la place Kadjo Amangoua de Bonoua. Ce rassemblement était placé sous le thème « la valeur de la démocratie dans la vie » a eu, à un moment donné, un goût de meeting politique contre le gré des organisateurs qui voulaient ainsi honorer celle-là en qui ils trouvent des valeurs d’intégrité tout en célébrant aussi l’an 3 de sa sortie de prison intervenue le 8 août 2018.

En effet, profitant de l'occasion, l'épouse du président Laurent Gbagbo a appelé le Chef de l'État Ivoirien, Alassane Ouattara à amnistier le général Dogbo Blé Brunot, les autres militaires et les prisonniers politiques. Aussi, elle n'a pas omis d'appeler au retour sécurisé des exilés : « Je voudrais encore appeler le président Alassane Ouattara, appeler le gouvernement de Côte d'Ivoire pour qu'il fasse le pas qui va permettre d'apporter l'apaisement total à tous les cœurs des Ivoiriens en libérant les prisonniers. Les prisonniers sont encore nombreux dans nos prisons. Je parle des prisonniers politiques. Mon souhait, c'est que ces hommes qui y sont depuis maintenant 10 ans, le général Dogbo Blé, je le cite parce qu'il représente tous les autres. Qu'on puisse les retrouver en liberté. Comme moi qu'ils puissent bénéficier d'une ordonnance d'amnistie. Que pour eux également soit prise une amnistie pour leur mise en liberté, non pas dans 10 ans mais maintenant, maintenant, maintenant. Que ceux qui sont en exils puisent rentrer tranquillement chez eux, en toute sécurité, maintenant, maintenant, maintenant » a lancé la deuxième vice-Présidente du Front Populaire Ivoirien (FPI).

Alassane Ouattara avait annoncé, faut-il le rappeler, la mise sous contrôle judiciaire ou en liberté provisoire par des juridictions compétentes de 69 inculpés détenus et la signature d'un décret accordant la grâce à 9 personnes suite aux événements survenus à l'occasion de l'élection présidentielle d'octobre 2020. Puis d'indiquer que l'examen de la situation d'autres personnes encore détenues se poursuit avant de d'annoncer qu'il a aussi procédé à la signature d'un décret accordant une remise gracieuse de peine à 3000 condamnés dont la peine restante à exécuter est inférieure ou égale à un an. « Bien évidemment, cette mesure ne concerne pas les personnes condamnées pour les crimes de sang », a-t-il précisé.


Yannick_LAHOUA

Content created and supplied by: Yannick_LAHOUA (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires