Sign in
Download Opera News App

 

 

André Silver Konan persiste et signe : "Justifier son bilan mitigé par une rébellion est irrecevable

Dans une interview accordée par André Silver Konan, journaliste-écrivain et analyste-politique fustige les anciens présidents Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié concernant leur mandat à la tête du pays.

A en croire André Silver Konan, journaliste-écrivain et analyste politique faisant un tour d'horizon et un bilan du mandat présidentiel de l'ex-président Laurent Gbagbo et de l'ancien président Henri Konan Bédié, indique qu'ils ne peuvent justifier leur bilan présidentiel plus défavorable en se basant sur un fait de coup d'État ou une rébellion est inadmissible pour lui.

"Dès lors que cela arrive, sa responsabilité est engagée, c’est constitutionnel et c’est, entre autres, un motif de trahison. Il fait, de ce fait, partie, avec les auteurs, de ceux par qui le scandale est arrivé. De sorte que se dédouaner d’un coup d’Etat ou justifier son bilan mitigé par une rébellion, est irrecevable.", soutient le journaliste, analyste politique.

Poursuivant André Silver Konan oppose une position radicale et estime-t-il qu'une telle défense ne peut dédouaner de leur responsabilité sur leur échec concernant leur gestion .

" Ma position est radicale sur le sujet. Objectivement, si aujourd’hui, les terroristes s’installent en Côte d’Ivoire et occupent une partie du territoire (ce qui, je l’espère, n’arrivera pas), pensez-vous que ceux qui veulent se soustraire de cette responsabilité vont dédouaner Alassane Ouattara ? Non. Ils vont plutôt l’accuser de n’avoir pas su défendre le territoire national face à une menace. ", estime André Silver Konan ,en justifiant ses propos.

"Et en le disant, ils n’auraient pas tort. Donc oui, le coup d’Etat et la rébellion font partie des bilans d’Henri Konan Bédié et de Laurent Gbagbo. ", souligne le journaliste en exposant davantage les fondements de son analyse de la situation.

"Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo ont subi, pour le premier un coup d’Etat et pour le second une rébellion. Ne faut-il pas prendre cela en compte, dans votre comparaison des trois bilans ? Si. Je prends justement cela en compte. Je dirais même que le coup d’Etat contre le président Bédié et la rébellion contre le pouvoir du président Gbagbo sont déterminants dans cette comparaison. La constitution ivoirienne est très claire : le président de la République est le garant de l’intégrité du territoire. ", insiste-t-il, avant d'étayer encore plus sa position.

"Le peuple de Côte d’Ivoire ne se limite pas d’affirmer cela, à travers sa constitution adoptée par référendum, il en donne les moyens au président de la République, en lui donnant le pouvoir sur l’armée, en tant que son chef suprême, mais aussi en lui donnant un budget de souveraineté qu’il est libre d’utiliser, selon sa vision, sa stratégie et son objectif.", argumente le journaliste et analyste politique, avant de conclure que les pouvoirs militaires et financiers rendent le Président puissant et de juger de fait qu'il peut se laisser intimider ou surprendre par un quelconque coup d'État ou rébellion.

"Ces pouvoirs militaires et financiers font du Président un homme puissant qui ne doit pas se laisser surprendre par un coup d’Etat, ni par une rébellion.", fait savoir le journaliste-écrivain et analyste.

Content created and supplied by: Ivoir'Soir.net (via Opera News )

alassane ouattara andré silver konan henri konan bédié laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires