Sign in
Download Opera News App

 

 

Côte d'Ivoire: le silence du ministre KKB n’est-il pas une stratégie pour mieux réussir sa mission ?

Que devient Kouadio Konan Bertin alias KKB, dans ce mouvement sociopolitique qui s’égrène dans son pays et dont il assume le rôle le plus délicat de la réconciliation nationale et de la recherche de la paix ?

Le ministre Kouadio Konan Bertin est trop silencieux et cela est intriguant pour sa mission. Beaucoup lui ont reproché de ne s’être pas rendu à l’aéroport pour accueillir le président Gbagbo et cela à donner à plein de supputations sur les réseaux sociaux, mais le ministre de la réconciliation nationale et de la cohésion nationale est pour le moment resté silencieux.

La vie sociopolitique ivoirienne s’anime avec l’arrivée du président Gbagbo dont tous les gourous cherchent à s’offrir sa première visite. Ce que certains ne savent pas, KKB n’a pas arrêté de se rendre à la Haye quand ils étaient en prison et aussi, quand ils ont recouvré la liberté.

Dans ce domaine, souvent la mémoire est courte et on tombe facilement dans l’oubli. Comme toute victoire a plusieurs papas, aujourd’hui, certains croient que les choses se sont passées ou se passent comme si c’était de la magie. Il y a eu des pourparlers, des conciliabules et des négociations souvent très ardues. C’est la fin qui justifie les moyens.

KKB est à son poste et observe. Il reçoit très souvent des catégories de personnes de différentes formations politiques. La fois où nous étions dans ses bureaux situés au 8ème étage de la tour A, de 14h à 20h, il ne faisait que recevoir et ce jour-là, il avait accordé une audience à la représentation du mouvement du ministre Eric Kahé, sans doute pour parler de son retour.

Ce n’est pas, parce qu’il n’est pas visible qu’il ne travaille pas, mais comme le dit, une amie, ce n’est pas tous les combats qui se mènent en surface. Joint par Business Actuality tv, son cabinet nous rassure que le ministre KKB est à bien à son poste.

Le tournant, ce virage dangereux qui va déterminer tout, personne n’a intérêt à chavirer pour se retrouver dans le ravin; alors il faut aller doucement même si on est pressés comme dit le président Gbagbo.

Ce n’est pas parce que le président Gbagbo est arrivé que tout est fini. Il y a encore trop de prisonniers militaires, politiques et des ivoiriens qui sont en exil. KKB a vraiment du pain sur la planche, mais il garde le cap sur sa mission et il faut que tous les ivoiriens se mettent autour de lui pour réussir ce challenge capital.

Le cas de son ami Blé Goudé aussi reste à régler, car jusque-là on ne sait pas s’il a été en possession de son passeport. Voilà autant de sujets sur lesquels le ministre KKB planche sans doute. 

Comme présentement rien ne présage que le président Ouattara organiserait à lui aussi son forum de la réconciliation et que tout doit se faire à compte-goutte pour décanter la situation, KKB doit avoir le soutien de tous les ivoiriens pour tenir la route. Le silence du ministre KKB n’est-il pas une stratégie pour mieux réussir ?

                                             Joël ETTIEN

Content created and supplied by: BusinessActuality (via Opera News )

côte d'ivoire kkb

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires