Sign in
Download Opera News App

 

 

Législatives 2021/ Hubert Oulaye : '' Ce qui a marché...''

Au cours d'un entretien exclusif qu'il nous a accordé jeudi 1er avril 2021, Hubert Oulaye, ex-ministre de la Fonction publique, actuel député de Guiglo, revient sur sa victoire aux législatives 2021.

Après onze (11) ans d’absence sur le terrain politique, vous remportez les législatives 2021 à Guiglo. Votre victoire est à mettre à l’actif de l’implantation du FPI dans cette circonscription électorale ou à l’influence du leader charismatique que vous êtes ?

''On peut interpréter diversement les résultats du FPI, version EDS. Nous sommes restés loin du théâtre électoral depuis 2011 pour les raisons qui sont connues. Nous avons décidé dix années plus tard de reprendre le combat du terrain électoral. Nous n’avons pas été écrasés ou gagné énormément. Mais nous avons plutôt obtenu des promesses de lendemain meilleur. A ce résultat, on pourrait ajouter les villes qui nous ont été arrachées de façon indue (Agboville, Guibéroua, Dabou, Abobo). Cela nous aurait amené au-delà de 20 à 25.

L’éloignement du terrain est l’une des raisons fondamentales. Nous n’avons pas été dans la proximité des électeurs pour diverses raisons telles que l’exil, les emprisonnements, le manque de moyens car beaucoup de nos cadres ont été dépossédés de leurs moyens. Tout ceci a joué sans oublier les menaces auxquelles on est confronté sur le terrain. On raconte des choses sur vous, certains partisans ont peur. Bientôt nous allons faire le bilan. A l’Ouest, ce qui a marché, c’est le parti et l’équation personnelle. 

Le parti d’abord parce que des cadres du parti sont restés après la crise. Aussitôt les clameurs tues, ils ont repris leurs bâtons pour rassurer les parents, les convaincre que ce que nous avons entrepris avec le Président Gbagbo ne doit pas disparaître avec la force brutale qui l’a évincé. Au contraire, nous devions continuer pour montrer que nous sommes dans la vérité. Les parents l’ont compris. J’ai pu l’expérimenter sur le terrain à mon retour d’exil. La flamme est restée vive malgré le temps et l’éloignement des cadres. Le FPI est restée vivant dans les cœurs de nos parents. Mais c’est d’abord une question de conviction.

S’agissant du cas de l’Ouest, c’est une question de ressentiment car cette région a subi la guerre plus qu’ailleurs en Côte d’Ivoire, pas plus que chacun mais de façon massive. C’est sur ce plan, la région qui a le plus souffert et cela, les parents ne l’ont pas oublié. Ils ont souffert parce que taxés d’être des pro-Gbagbo. Ils ont subi les pires atrocités, ils ne vont pas changer simplement parce qu’on les fait peur. Cela a joué et il y aussi une petite équation personnelle en ce sens que nous avons cherché à prendre contact rapidement avec les parents.''

Propos recueillis par Cyrille NAHIN

Content created and supplied by: Cyrille_NAHIN (via Opera News )

fpi hubert oulaye

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires