Sign in
Download Opera News App

 

 

Dialogue avec l'adversaire : Comment Affi a réussi là où Gbagbo a échoué/deux visions différentes

À la stupéfaction générale, l'ex chef d’état Ivoirien, Laurent Gbagbo annonçait le 09 Août dernier sa décision de rompre avec les instances du Front Populaire Ivoirien (FPI) pour créer un autre parti, affirmant emporter avec lui le contenu de l'enveloppe.

Cette décision qui faisait suite à une longue période de crise de leadership entre les deux hommes pour le contrôle du FPI, sonnait le glas du processus de réunification de l'ex parti présidentiel alors traversé par une sérieuse crise interne.


Pourtant, à son retour d'exil le 17 Juin, l'ancien président se montrait réfractaire à une rencontre avec le président de son ancien parti, qui pourtant à en croire les confidences que nous faisait alors Alfred Guemene, était disposé à le rencontrer pour tenter de trouver un compromis pour la réunification du parti. Peine perdue. Rien n'y fit. Depuis l'aéroport où il était allé l'accueillir en vain jusqu'à la rupture finale le 17 Juin, les deux anciens tenants de l'exécutif n'ont jamais pu se rencontrer, du moins officiellement.

Le résultat, on le constate aujourd'hui. Laurent Gbagbo et son ancien premier ministre sont passés à une adversité ouverte, chacun gérant sa propre formation politique. Parallèlement, Affi Nguessan procédait à l'inverse dans le dossier Alfred Guemene.


Suite à la discorde qui avait éclaté entre eux après le réaménagement technique au sein du secrétariat exécutif du FPI le 16 Septembre dernier, l'ancien premier ministre avait usé de tact pour éviter la surenchère avec son ex secrétaire général adjoint en charge de l'animation politique et du dialogue social. Pour aplanir leurs divergences, ils se rencontrèrent le 07 Novembre dernier au domicile du dirigeant frontiste.

Fruits de cette rencontre, la participation effective d'Alfred Guemene au congrès du FPI le 13 Novembre, et sa nomination en tant que vice-président chargé des relations avec les Partis politiques et les Syndicats, le 18 Décembre.

Le malentendu était pendant. Il a fini par être résolu par le dialogue malgré les coups de gueule d'Alfred Guemene dans les médias. Affi a-t-il tiré les conséquences des intransigeances de son ex mentor pour opter pour un autre fusil d'épaule?


Deux méthodes différentes pour des résultats tout aussi opposés. Il fallait le faire et l'issue du cas Guemene, montre que le dialogue est possible, du moins tant qu'on l'aborde franchement.

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires