Sign in
Download Opera News App

 

 

Politique / Pour le Pr Alger Ekoungoun, le "Rattrapage" est antérieur à l"Ivoirité", les preuves

Le Pr Alger Ekoungoun est contre tous ces sentiments qui fragilisent le tissu social national

"Les Lumières du Professeur Alger Ekoungoun". C'est la chronique sociopolitique qu'anime périodiquement sur sa page officielle Facebook, le professeur Jean-Francis Alger Ekoungoun, Maître de Conférences à l'Université Alassane Ouattara de Bouaké. Et dans ce cadre, l'universitaire a entrepris depuis deux petites semaines de lever le voile sur l'un des plus grands classiques de la littérature ivoirienne et africaine, "Les Soleils des Indépendances" du monumental Ahmadou Kourouma. Le Pr Alger Ekoungoun n'est pas étranger au sujet vu qu'il lui a consacré sa thèse de Doctorat, il y a 15 ans, à la salle Bourjac de Paris-Sorbonne. Soit, 2 volumes de 719 pages, en passant, pour parler du "Manuscrit intégral des Soleils des Indépendances d'Ahmadou Kourouma. Essai d'analyse socio-génétique" (c'est l'intitulé de la thèse en littérature comparée).

À la lecture des "Soleils des Indépendances", selon ce que nous apprend le Pr Alger Ekoungoun, la politique de "rattrapage" évoquée par le président Alassane Ouattara au moment de sa prise de pouvoir en 2011 est bien antérieure à celle de l"Ivoirité", attribuée à l'ex président Henri Konan Bédié. Il le démontre.

Pour le Pr Alger Ekoungoun, Ahmadou Kourouma dépeignait dans sa célèbre œuvre les débuts chaotiques de la gouvernance du président Félix Houphouët-Boigny (complots de 1963, etc). Marqué par le mal-être de certaines populations telles les Malinké, singularisés par le personnage de Fama. L'universitaire a retrouvé dans l'œuvre de Kourouma les prémices de la situation politique actuelle du pays ; qui explique tout ce que la société ivoirienne vit depuis 2002 (début de la rébellion armée). Tout y est décrit fort clairement par Ahmadou Kourouma. Même si des pans entiers de son texte originel sont passés à la trappe de l'éditeur Canadien.

Nous vous proposons quelques extraits de ce succulent texte du Pr Alger Ekoungoun qui nous invite à une relecture des "Soleils des Indépendances" afin que chacun se fasse une nette idée.

Le Pr Alger Ekoungoun finit son analyse en interpellant les hommes politiques à plus de responsabilités.


De l'antériorité de l'idéologie du "rattrapage" sur l"Ivoirité"

« La revue de presse ce matin (mardi 23 Mars 2021, ndlr), nous informe que l'artiste Tiken Jah, invité hier sur un plateau-télé (NCI), aurait trouvé le successeur de l"'Ivoirité" à savoir le "rattrapage ethnique". Alors, je m'empresse de poser la question suivante : entre le "rattrapage" et l'ivoirité" qui est réellement l'aînée de ces deux nébuleuses qui continuent de verser leurs fioles dans les larmes de tous ces orphelins et toutes ces veuves? ». Ainsi débute l'analyse du Pr Ekoungoun.

Poursuivant, il dit avoir « décidé d'écrire une série de publications sur ce qu'on pourrait appeler aujourd'hui "L'Affaire Les Soleils des Indépendances d'Ahmadou Kourouma". Je considère vos nombreuses réactions comme votre manifestation d'intérêt à cette douloureuse parenthèse de notre histoire postcoloniale dont la chronique socio-politique de ces 20 dernières années reste tributaire comme la puce à l'oreille d'un chien". Toutefois, il prévient : "loin de moi, l'idée de jeter le trouble et le doute dans vos esprits ni d'en appeler à une certaine "fatwa" ou "intifada" contre ceux que je désigne sans méchanceté les idéologues famaïstes ethno-religieux. Ceux-ci estiment que pratiquer le "rattrapage ethnique" est, pour eux, la seule façon de vider le lourd contentieux (post) colonial que nous avons tous reçu en héritage ».

« Ahmadou Kourouma dit de son personnage Fama qu'il "avait cinquante années de domination et une spoliation à venger". On a vu circuler récemment sur la toile les propos d'une éminence grise du RHDP qui affirmaient que ce parti (...) allait encore rester 50 années au pouvoir. Soit. Mais, la communauté Malinké dont le vindicatif Fama est le porte-voix est-elle la seule, en Côte d'Ivoire, à avoir souffert des frustrations du parti unique ? », s’interroge l'universitaire.

Et de répondre lui-même : « le "famaïsme" est une idéologie révisionniste. Il semble dénier les faits historiques, malgré la présence de preuves rapportées par les historiens, et ce à des fins de "rattrapage" ».

Pour le Pr Alger Ekoungoun, c'est en 2011 que cette politique dite de Rattrapage a atteint sa vitesse de croisière. Mais, "quoi rattraper et par rapport à qui", demande-il aux "adeptes du "famaïsme" « La liste des "rambas" (pour parler le langage des jeunes) est si longue que si chaque communauté ethnique veut se rattraper il va falloir encore des myriades d'années pour que chaque groupe y inscrive son nom et son lot de frustrations », conclut-il sur la question.

Selon lui, aucune raison suffisante ne peut justifier qu'on se « ferme à l'altérité qui constitue le véritable ferment de la nation ». En rappelant le triste souvenir du documentaire du Belge Benoît Scheuer "Côte d'ivoire poudrière identitaire" qui s'est évertué à «démontrer du plus doctement correct possible comment l'Ivoirité a été construite de toutes pièces par le clan du Président Konan Bédié afin de barrer la route à son adversaire Alassane Ouattara ». Il oppose aux tenants de cette thèse l'existence de la vraie/fausse "Charte du Nord". "Le "rattrapage" n'est-il pas la mise en œuvre de cette "Charte"? Cette interrogation reprend notre question de départ : entre la "Charte du Nord" et "l'Ivoirité" qui est le grand-frère de qui ? «Les plus virulentes critiques de l'Ivoirité proviennent d'individus qui, en réalité, n'ont pas voulu voir le projet unificateur de la nation. Ils prônaient en réalité, un repli sur soi ethno-religieux», m'a soufflé un aîné.

«Quand tu parles au chien, il faut aussi parler à l'os. Autant on critique l'Ivoirité autant on demande aux "famaïstes" et aux pontes du "rattrapage" ethnique de mettre fin à ce suicide collectif. Mon aîné avec qui j'entretiens un agréable commerce, amère contre le rattrapage qui fait florès, est fort pessimiste si les choses devaient rester en l'état (...). Donc, Charte du Nord, abat! Rattrapage ethnique, abat! Ivoirité abat!

« Là où s'abat le désespoir, s'élève la victoire des persévérants », Thomas Sankara".

Patrick Russel

Content created and supplied by: Patrick_Russel (via Opera News )

alassane ouattara alger ekoungoun

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires