Sign in
Download Opera News App

 

 

Interview / Gabriel Yacé (RHDP) : ‘’Les grands partis politiques reposent sur la discipline’’

Les élections législatives dans la circonscription électorale d'Attoutou-Jacqueville commune et sous-préfectures se sont déroulées en deux étapes. D’abord le 6 mars dernier et ensuite avec les partielles le 12 juin dernier. Le Sénateur Gabriel Yacé, par ailleurs coordonnateur Régional du Rassemblement des Houphouetistes pour la démocratie et la Paix (RHDP) des Grands ponts, chargé du département de Jacqueville fait le bilan de ces jougs dans son département. 

-Après les élections législatives tenues dans le département de Jacqueville le 6 mars dernier et les législatives partielles le 12 juin dernier, pouvez-vous faire un bilan ?

 Après les élections législatives qui se sont déroulées en deux phases dans le département de Jacqueville à savoir le scrutin du 6 mars dernier et les législatives partielles du 12 juin dernier, le Rassemblement des Houphouetistes pour la démocratie et la Paix(RHDP) peut se féliciter. Le RHDP n'a certes pas remporté les élections, mais le parti peut se réjouir de sa performance dans cette localité où l'indiscipline a pris visiblement le pas en interne et où des preuves de fraudes massives ont été constatées lors des deux étapes des élections. Au titre de l'élection du 6 mars dernier, il a été constaté, des urnes descellées et bourrées, des votes des morts, des achats de conscience et des actes de corruption. C'est d'ailleurs sur la base des éléments de preuves déposés par le candidat du RHDP, relativement à ces fraudes que le Conseil constitutionnel a décidé l'invalidation des résultats du scrutin du 6 mars dernier. Au titre de l'élection partielle du 12 juin dernier, des irrégularités ont été aussi constatées dans 23 bureaux de votes sur 78. Il a été constaté par exemple que le nombre de signatures des électeurs qui ont voté effectivement et le nombre de bulletins trouvés dans l’urne est différent. Dans d’autres bureaux, le nombre des suffrages exprimés et le nombre de voix reparties entre les candidats n’est pas conforme. Et même le Président de la CEI centrale, Monsieur Coulibaly-Kuibiert, de passage à Jacqueville le jour du scrutin du 12 juin dernier, a déchiré à Adjacoutié un procès-verbal irrégulièrement renseigné. La candidate de l’opposition a ce même jour demandé l’annulation des PV du bureau de vote N°1 du lieu de vote Jacqueville 1 et 2.

-Concrètement, qu’est-ce que tout cela veut dire ?

 Oh, vous devez comprendre que par exemple dans les Bureaux de vote N° 2, 3 et 4 de Sassako, village du candidat Lobo, comportant 1.243 inscrits, le Bureau de vote N°1 de Nigui Assiko, 168 personnes ont voté, mais le procès-verbal de ce bureau, indique 166 votants. A Adéssé, 209 électeurs ont régulièrement voté, mais le PV de ce bureau présente 207 personnes ayant voté. Au bureau de vote N°2 de l’EPP IROBO, 138 électeurs ont participé régulièrement à l’opération électorale avec leurs signatures à l’appui. Mais sur le PV de ce bureau il n’est écrit que 133 électeurs ayant voté... Au total, ce sont 23 bureaux de votes dans lesquels ces irrégularités ont été constatées. Arithmétiquement, si les résultats de ces 23 bureaux de votes litigieux étaient annulés, ce sont 1.692 voix que perdrait le candidat indépendant Léon Lobo et 887 voix que perdrait le candidat du Rhdp Pierre Yourougou. Ce qui modifierait totalement le résultat de ce scrutin dans le département de Jacqueville qui deviendrait alors 2.857 voix pour Pierre Yourougou du Rhdp et 2.646 voix pour le candidat indépendant Anket Lobo. Et donnerait par conséquent le candidat du Rhdp vainqueur.

-Mais pourquoi n’a-t-il pas fait de recours ?

 Le candidat m'a informé avoir reçu des instructions au plus haut niveau du parti de ne pas faire de recours. C'est vrai qu'il y a eu des cris et des pleurs au niveau de nos partisans. Des gens ont pleuré pendant une semaine à Jacqueville. Mais un parti ce n'est pas une auberge Espagnole. Quand on reçoit des instructions on s'en tient. De la même façon, je n'apprécie pas que des cadres, qui bien qu'occupant de hautes fonctions au titre du parti, suscitent et soutiennent des candidatures indépendantes. Je n'ai pas voulu que s'applique à moi, l'adage qui dit : ''Fais ce que je dis, mais ne fais pas ce que je fais''. Ce non recours a gracieusement donné la victoire à monsieur Léon Lobo, alors qu'arithmétiquement, avec la suppression de 23 bureaux de vote sur 78, monsieur Pierre Yourougou aurait été déclaré vainqueur de l’élection du 12 juin dernier à l'issu du recours.

-Comment pouvez-vous justifier la présence à ces élections d'un candidat indépendant issu du RHDP. Il y a-t-il eu des problèmes dans le processus de sélection du candidat de votre parti au niveau de la base ? 

 Le processus de sélection au RHDP, sans être parfait, n'a pas posé de problème. La coordination régionale a proposé monsieur Pierre Yourougou. Le Président du parti, par un arrêté, a confirmé monsieur Pierre Yourougou comme le candidat du RHDP. La procédure de sélection n'a pas été viciée au niveau du RHDP. Les projets de candidatures de monsieur Léon Lobo, ne sont pas opposables au RHDP. Léon Lobo qui occupe les fonctions de responsable du recrutement et de l'immatriculation des membres au RHDP, ne peut pas mettre en échec la sélection faite par la présidence du parti, en se présentant contre lui. C'est une désobéissance à l'autorité du Président du parti. Obéir à moitié revient à ne pas obéir du tout. Quand à dire que monsieur Lobo est le meilleur candidat parce qu’il a un meilleur ancrage que le Professeur Pierre Yourougou, tant que les élections ne se sont pas déroulées, Dieu seul sait qui est le meilleur candidat. Au demeurant, monsieur Pierre Yourougou n’est pas le tocard du tiercé. Bien au contraire, c’est un grand monsieur. Il est l'un des rares Ivoiriens qui soit présenté sur la chaîne de télévision américaine CNN au sujet du projet de l'industrie spatiale en Côte d'Ivoire. Qui dit mieux ?

-Le Département de Jacqueville serait-il comme on le murmure, l'héritage de grandes familles ?

 Il faut regretter d'entrée, le fait que lors de la campagne de la deuxième étape des législatives, il n'y a eu que des insultes contre le Président Philippe Grégoire Yacé et la grande Chancelière Henriette Dagri Diabaté. En parlant de famille, il n'est pas nécessaire pour gagner des voix, d'insulter l'une des figures de proue de la Côte d'Ivoire et du département de Jacqueville, à savoir feu mon père le président Philippe Yacé. Je regrette qu'on se réclame du RHDP et qu'on traite madame la grande chancelière Henriette Dagri Diabaté, sur les réseaux sociaux de tous les noms d'oiseaux. C'est ce qui se passe à Jacqueville. Quand ces gens parlent de problème de familles régnantes, il faut que l'opinion soit informée de leurs comportements qui jurent avec l’image qu’ils se donnent devant les plus hautes autorités du pays. Pousser des jeunes activistes sur les réseaux sociaux à insulter Philippe Yacé et Henriette Diabaté, c'est par extension, insulter Houphouët-Boigny, c'est insulter Alassane Ouattara. Au demeurant, après Philippe Yacé, il y a eu Edouard Etté de la famille Yacé son neveu, qui a été Maire de Jacqueville. Ce dernier a été Président de Shell Côte d’Ivoire pendant plus de dix ans. Sa compétence a été reconnue à l’international. La fille du président Yacé a été Député de Jacqueville de 2011 à 2021. Elle a gravi tous les échelons pour finir vice-présidente de l'Assemblée Nationale. Professeur certifiée d'Allemand de son état, représentante à titre d’épouse d’Ambassadeur, elle a toujours fait l’honneur de notre pays jusqu’à la cour royale au Palais de Buckingham en Angleterre, en Allemagne fédérale à l’« Auswaertiges Amt » (le ministère fédéral des affaires étrangères), à Berne au département fédéral des affaires étrangères de la Confédération helvétique. Gabriel Yacé dont on n’ose pas dire le nom, est plus diplômé que ceux qui parlent de lui. Au plan universitaire il est plus capé qu'eux. Au plan local, il a été élu en 2013 président du Conseil Régional des Grands Ponts sans coup férir, et est actuellement Sénateur. Aujourd'hui, ce n'est pas insulter Philippe Yacé, Henriette Diabaté, qui donnera à ces mains cachées et auteurs de ces dérives langagières et de ces diarrhées scripturales sur les réseaux sociaux, un avenir durable à Jacqueville et en Côte d’Ivoire. C'est l'occasion pour moi d'interpeller la direction exécutive de notre parti sur ces pratiques d'un autre âge afin qu’on n’oublie pas qu'en s'attaquant nommément à Philippe Yacé ou à Henriette Diabaté, on s'attaque à Houphouët-Boigny, on s'attaque à Alassane Ouattara, on s'attaque à l'histoire de la Côte d'Ivoire. C’est l’occasion de suggérer que le RHDP renforce son inspectorat afin que nous, les responsables soyons frappés de sanction à l’avenir en cas de ce genre d’errements.

-On ne peut s'empêcher de vous demander s'il existe un problème entre le Maire de Jacqueville Joachim Beugré et vous ?

 C’est un jeune frère en qui je reconnais beaucoup de qualités. Je suis le coordonnateur Régional, il répond devant moi. Il n'y a aucun différend, aucun problème personnel entre le Maire Joachim Beugré et moi, si ce n’est que j’ai passablement apprécié comme le confirme le Conseil Constitutionnel dans sa décision N° CI-2021-EL-107/23-03/CC/SG du 23 mars 2021 en sa page 3 : ‘’Que le Maire de la Commune de Jacqueville, Beugré Joachim, a également distribué de l’argent aux électeurs en leur donnant des consignes de vote au profit du candidat dont l’élection est contestée’’.

-Tout ce qui se passe en ce moment dans votre département ne relève-t-il pas d’un règlement de compte politique ?

 Bien que non. Les partis politiques sont comme les armées. Les règles déontologiques, sont indiscutables. On exécute d'abord et on pose des questions après. Lorsque le président du parti a désigné quelqu'un, on ne s’assoit pas dans son salon pour en désigner un autre. Se battre afin que l'on respecte le crédit de la signature du Président du parti, ce n'est pas faire de règlement de compte politique. Ça m'amène à dire comment les deux campagnes ont été financées. C'est plutôt ceux qui parlent de règlement de compte politique qui ont réglé des comptes. Le candidat Yourougou du RHDP n'a eu aucun appui financier de tous les membres de la coordination de Jacqueville, à l'exception de moi qui ait largement financé les deux élections. Je profite pour remercier le Directeur Exécutif qui a apporté personnellement un appui financier et les hautes personnalités que je ne me permettrais pas de citer qui ont aussi apporté au candidat Pierre Yourougou des soutiens matériels et financiers lors de ces deux étapes. Refuser tout soutien matériel et moral au candidat, c'est ce que j'appelle régler des comptes. Ce n'est pas parce que Pierre Yourougou et Joachim Beugré se sont opposés, en 2018 à la municipale à Jacqueville que le parti doit payer le prix de cet antagonisme en 2021.

-Il se dit dans le département qu'il existerait une disharmonie entre les peuples Ahizi, Akouri, Alladjan. De quoi s'agit-il ?

 En effet, tout au long de notre campagne le candidat Pierre Yourougou et moi, avons plaidé, pour que les postes électifs soient repartis entre les trois ethnies. Aujourd'hui, les Alladjan cumulent la majorité des postes. Je crois que la sagesse l'emportant, l’on pourra s'asseoir entre frères pour se redistribuer les postes au profit des trois populations.

-Jacqueville est aussi le département dans lequel la question de pétrole-gaz défraie la chronique depuis plusieurs années. Que pensez-vous de ce sujet ?

 Pour la bonne compréhension, le Conseil pétrole-gaz est ce que les anglais appellent le ''Local content'' que nous nous appelons le ''contenu local''. Ce sont des subventions que les multinationales de l’énergie octroient dans les pays où elles développent parfois des rejets polluants ou non polluants ou ce sont des indemnisations directes, matérielles ou en nature, au bénéfice des populations pour les dédommager. Dans le cas de Jacqueville, je n'ai pas de visibilité sur ce dossier. Mais je ne manquerai pas dans le cadre de la représentation nationale d’interpeler le ministre de tutelle sur ce dossier. Je ne peux donc pas faire d'affirmation gratuite. Ce qui m'a choqué concernant le Conseil pétrole-gaz, c'est que son président monsieur Lobo, candidat indépendant à l’élection législative, a vendu aux populations son bilan photos à l’appui pendant toute sa campagne électorale, alors qu’il s’agit de réalisations faites suite à des transferts financiers des multinationales dans l’intérêt commun des populations. Cette liberté et ce mélange des genres exigent que l’on fasse un audit opérationnel et financier de cette structure.

-Aujourd'hui, souhaiteriez-vous que Léon Lobo Anket, candidat indépendant qui a remporté les législatives partielles offre cette victoire à votre famille politique le RHDP ?

 Il va s'en dire que notre électorat n’est pas favorable, mais pour ma part, c'est mon souhait. Lorsque votre couteau vous coupe, vous ne le jetez pas.

-Vous êtes coordonnateur Régional RHDP des Grands ponts chargé du département de Jacqueville, vous êtes parlementaire, que proposez-vous pour l'amélioration des choses en matière de démocratie en Côte d'Ivoire ? 

 Pour ma part, en tant que parlementaire je suis en train de travailler sur un projet de loi, à soumettre à la représentation nationale, sur les problèmes de transhumance politique et les problèmes des convoyages d’électeurs lors des élections. J'estime que ces deux pratiques-là sont malsaines et quelles dévoient la démocratie dans notre pays.  

-Que pensez-vous de l'indiscipline dans les partis politiques ?

 Concernant l'indiscipline dans les partis politiques, comme je le disais tantôt, les partis politiques sont comme les armées. La force des armées repose sur la discipline. La force des partis politiques repose aussi sur la discipline. Dans les armées, vous exécutez les instructions d'abord, vous posez la question après. Le RHDP, c'est pour moi le parti d'avenir de la Côte d'Ivoire, c'est le parti des fils réconciliés. Et on ne peut pas classer son raisonnement, plus haut que l'autorité du président du parti. Si chacun décidait, sous l'inspiration de sa sagesse personnelle de financer des candidats indépendants, on remplacerait l'obéissance par le raisonnement. Ce serait inéluctablement à très bref délai, la chute et la fin de notre grand et puissant parti. En politique, les conséquences de la désobéissance sont variées. Ses séquelles ne sont pas toujours immédiatement reconnaissables ou évidentes. Mais elles sont destructives aussi certainement que la moisson suit les semailles. Certains candidats sont ce que j'appelle de faux indépendants. En 2013, candidat à l’élection régional, j'étais un vrai indépendant. Si je m'étais présenté en 2018 candidat indépendant, j'aurais été un faux indépendant, parce que j'étais déjà en accointance avec le parti au pouvoir. Et mon honnêteté intellectuelle et politique me commandait de me désapparenter de ma qualité d'indépendant. Il va falloir qu'on fasse la différence entre les indépendants affiliés qui profitent du parti comme l'arbre profite des racines et viennent combattre le parti à chaque échéance électorale et les vrais indépendants. Sur cette question, je dirais qu'il ne faut pas que les ambitions personnelles, l'emportent sur l'avenir du parti.  Il ne faudrait pas que le RHDP donne une prime à la désobéissance pour les indisciplinés qui déconstruisent le parti. Un processus interne de sélection reste un processus interne de sélection. On ne peut pas faire d’arrangement avec la vérité, encore moins avec la réalité politique.

 Zicalo

Content created and supplied by: Zicalo (via Opera News )

Jacqueville RHDP Rassemblement des Houphouetistes

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires