Sign in
Download Opera News App

 

 

Politique / Soro avoue: «le Président Bédié nous donnait quelques "kokotas"»

Contraint à l’exil forcé depuis 2019, l’ex-président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Soro vient de faire une importante déclaration ce dimanche 3 octobre 2021.

Dans une note publiée sur sa page officielle en effet, l’ancien chef rebelle fait part de la “forte’’ pensée qu’il a depuis ce matin pour son ex-adversaire politique, Henri Konan Bédié. 

« Ce matin, réveillé fort tôt, je ne sais ce qui me pousse à penser au Président Henri Konan Bédié. J’ai ressenti un désir profond de m’exprimer sur ce qu’il m’inspire. Une très forte pensée pour lui », a écrit Guillaume Soro. Soulignant que des fois dans sa vie, notamment à son réveil et aux premières heures, il lui arrive d’avoir quelques inspirations.

« Alors je saisis un stylo et je griffonne quelques phrases en vrac. Et aujourd’hui curieusement, c’est au Président Henri Konan Bédié que je pense. Il me manque et je ne saurais dire pourquoi », a-t-il souligné.

Méditant avec nostalgie sur les circonstances dans lesquelles lui et le doyen politique de la Côte d’Ivoire se sont connus, Guillaume Soro reconnait que les débuts entre lui et Bédié n’ont pas été fameux. Ainsi, c’est avec un profond regret et un pincement au cœur qu’il est revenu sur les points noirs qui ont entaché ses relations avec le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI).

« Soyons honnêtes. Les débuts de ma relation au Président Bédié ne furent pas faciles. Pas bonnes. Oui, j’ai été jeune étudiant, engagé dans le mouvement contestataire national pour la fondation d’un véritable pluralisme politique en Côte d’Ivoire. Au début des années 90 et notamment après l’arrivée effective du Président Bédié au pouvoir en décembre 1993, j’étais opposé à son régime, en ma qualité de cadre dirigeant de la Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI). Ahipeaud Martial-Joseph en était alors le Secrétaire Général. Henri Konan Bédié se voulait ferme après des années de troubles dans le pays. Souvenez-vous des terribles années 1989-1992 avec la grande répression qui s’abattait sur l’opposition, sous la férule du seul premier ministre (Alassane Ouattara) du Président Houphouët-Boigny déjà fort âgé et éloigné de l’exercice effectif du pouvoir du fait de la maladie », a reconnu M. Soro.

Convaincu que cela mérite d’être dit, afin que les générations nouvelles en prennent de la graine, l’ancien filleule du président Alassane Ouattara n’a pas manqué de dire toute son admiration au “Sphinx’’ de Daoukro.

« Je pense que le président Bédié est un homme d’Etat fort incompris par bon nombre puisqu’il parle peu et ne juge peut- être pas nécessaire d’en faire trop. Avare de mots, mais profond dans la moindre de ses sorties publiques, on ne l’appelle pas par hasard le Sphinx de Daoukro, car c’est un homme qui parle pour marquer l’archive et non pour distraire la galerie », a-t-il mentionné.

Poursuivant sur sa même lancée, l’ex-député de Ferkessédougou a reconnu qu’en réalité, le président Bédié était très mesuré dans l’usage du pouvoir d’Etat contre ses adversaires, quand on compare les choses des années 1993-1999 à celles des années 1990-1993 ou 2010-2021.

Lorsque Bédié dirigeait la Côte d’Ivoire, dira Guillaume Soro, nous étions de jeunes étudiants, nous étions rebelles aux réformes. Et de temps en temps le Président Bédié nous donnait quelques kokotas (petites taloches) pas bien méchants.

Même s’il ne le dit pas ouvertement, cette déclaration du président de Générations et peuples solidaires (GPS), est une façon pour Guillaume Soro de faire les “yeux doux’’ à l’ex-chef d’Etat de Côte d’Ivoire, à l’aurore des prochaines échéances électorales. Toutefois, les piques lancées par moment dans ce discours contre son ancien mentor Alassane Ouattara, sur sa gestion du pouvoir, ne sont pas faites pour arranger ses relations avec le chef de l’Etat ivoirien, qui ne sont pourtant pas à leur beau fixe en ce moment.

Christ Kouamé

Content created and supplied by: ChristKouamé (via Opera News )

guillaume soro henri konan bédié

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires