Sign in
Download Opera News App

 

 

Affiches arrachées : Katinan déballe tout et donne un cours sur la communication publicitaire

À quelques jours de l'arrivée de Laurent Gbagbo sur la terre de ses ancêtres, des affiches commandées par ses partisans ont été déployées à Abidjan ce mardi 8 juin 2021 avec pour objectif d'informer les populations de son retour, le jeudi 17 juin prochain. Malheureusement pour eux, ces affiches ont été arrachées par le Conseil Supérieur de la Publicité (CSP). Selon un communiqué signé de Maître Habiba Touré, ce mercredi 9 juin 2021, le CSP a indiqué qu'il serait interdit d'utiliser l'image d'une personnalité politique sur des affiches publicitaires.

Alors qu'il était l'invité du Life Talk, ce mercredi 9 juin, Justin Koné Katinan, après avoir confirmé l'authenticité du communiqué, il a fait le grand déballage sur la question. Informé de la situation, le porte-parole de Laurent Gbagbo a fait savoir qu'il ne savait pourquoi les affiches avaient été arrachées. Pour tenter de comprendre la situation, il s'est référé à la loi N° 2020-522 du 16 juin 2020, portant régime juridique de la communication publicitaire en Côte d'Ivoire. À en croire Koné Katinan, cette situation malencontreuse a été le fruit d'une “confusion” concernant l'interprétation d'un texte de 2007 sur les activités en rapport avec la publicité des produits commerciaux et les activités en rapport avec la politique. Une explication qui a pris l'allure d'un cours magistral sur la communication publicitaire. Décryptage.

« (...) Cette loi est claire et définit un certain nombre de choses. La loi, malheureusement n'a pas de décret d'application parce que si elle avait un décret d'application, ce n'est même pas le CSP qui allait nous recevoir plus que la loi a changé. Le CSP qui est devenu ACP » a-t-il fait savoir. Puis continue : « J'ai pu rencontrer la directrice de l'ACP qui me dit que les instructions venaient de l'ACP et qu'elle n'avait pas été informée. Je lui demande alors le texte où j'ai fauté. Elle me fait sortir la loi en question, l'article 45 et 46. Je lui dit : “Madame attention ! Si cette loi était applicable, vous ne serez pas là puisque la composition de la structure a changé. Comme la loi explique les choses de façon globale et qu'elle n'a pas décliné cela de façon pratique par un décret, il y a des confusions qui vont se passer dans votre tête. Pourquoi ? Parce que quand vous me dites qu'il est interdit de mettre l'image ou le son ou même la voix d'une personnalité, nous sommes tous témoins qu'il y a, à peine quelques mois, il y a eu des personnalités politiques dont le visage a été affiché en Côte d'Ivoire”. Elle nous répond en nous disant qu'on leur a donné l'autorisation. Je lui réponds : “Non Madame, la loi dit que c'est interdit. Si c'est interdit, elle a des effets erga omnes. Ce qui veut dire qu'elle s'applique à tout le monde. Vous n'avez plus capacité de donner une autorisation à quelqu'un puisque vous me dites que la loi me l'interdit”. Je me rends compte plus tard qu'elle essaie d'appliquer une texte de 2007. Or justement ce texte de 2007, en ce qui concerne activités politiques est muet sur la question. (...) La confusion qui s'est opérée, c'est que le cas de la publicité des produits commerciaux, on ne veut pas que les hommes politiques endossent cela. Mais pour les activités politiques, le texte en question est muet . La loi de 2020 ne peut pas s'appliquer puisque si elle s'appliquait, on aurait pas vu les images des personnalités qu'on a vu antérieurement », a-t-il expliqué.

Sacré Koné Katinan !


Yannick_LAHOUA

Content created and supplied by: Yannick_LAHOUA (via Opera News )

laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires