Sign in
Download Opera News App

 

 

Le courant ne passe plus entre les Ivoiriens et la CIE, comment en sommes-nous arrivés là ?

Le désamour entre les ivoiriens et la CIE semble de plus en plus profond avec ces nouvelles coupures intempestives d'électricité. Mais quel est l'origine de cet désamour ?

Pour comprendre cette crise, il faut sans doute remonter à la rébellion de 2002. A cette époque, la CIE a enregistré un manque à gagner dû aux prestations qui n'étaient sont pas payées dans les zones CNO ( Centre Nord Ouest).

En 2010, le malaise devient un peu plus profond.

Cette année là , le pays connait un délestage sans précédent. L'électricité est distribuée à tour de rôle sur l'ensemble du territoire national. L'économie du pays en est sérieusement ébranlée.

D'ailleurs le célébrissime DJ Arafat a immortalisé cette époque de délestage dans l'une de ses chansons intitulé '' la CIE délestage Groupe électrogène''.

Si les plus plus aisés se tournaient vers les groupes électrogènes, le petit peuple se sentait de plus en plus en lésé. Et les manifestations de colère n'ont pas tardé à exploser dans certaines villes du pays.

La lumière fut faite au début de l'année 2011 avec la fin du délestage.

Après cette période, même si le pays connaissait des coupures de courant passagères, elles n'avaient rien à voir avec le crise de 2010.

Mais en 2016, l'augmentation exponentielle des factures de la CIE créé de nouveau un mécontentement populaire.

A Bouaké par exemple, des manifestations de mécontentement ont explosé dans la ville. Les locaux de la CIE sont saccagés et la population crie son ras-le-bol. Pour mettre fin à cette crise, la CIE avait dû suspendre le délai de paiement des factures en accordant à la population des facilités de paiement.

Depuis le début de mois d'avril 2021, le pays est confronté à de nouvelles coupures intempestives d'électricité. Sur les réseaux sociaux, l'on peut sentir l'exaspération de la population vis à vis de cette situation. Même si la CIE a communiqué sur les raisons de ces coupures, la situation semble de plus en plus insupportable pour les ivoiriens.

Les coupures qu'ont connues le pays du 29 au 30 mars ont sans doute été la goûte d'eau qui a fait déborder le vase.


Quand on sait que la CIE a le monopole de distribution de l'électricité en Côte d'Ivoire, l'on se demande s'il ne faudrait désormais libéraliser ce secteur.

Ne serait-il pas temps de favoriser les sources d'énergies renouvelables à l'instar du Maroc ou de l'Afrique du Sud?

Des questions qui méritent dans doute de se poser.

Content created and supplied by: Kouiti (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires