Sign in
Download Opera News App

 

 

Grève syndicale dans le secteur du cacao : Le Rjscc apporte son soutien total aux paysans

Le Collectif des syndicats agricoles de Côte d’Ivoire, dont le secrétaire général est Thibaut Yoro et Kiébré Seydou président, ont annoncé une grève des syndicats, associations et coopératives le mercredi 3 juillet 2022 dans les 14 délégations du Conseil du café-cacao. Le Réseau des journalistes spécialisés en café et cacao qui a suivi de très près le bras de fer opposant la Direction générale du Conseil du café-cacao et le Collectif des syndicats agricoles de Côte d’Ivoire, apporte son soutien total aux paysans, après avoir analysé les circonstances de ce mouvement de mécontentement annoncé pour ce mercredi 3 juillet 2022.

 Le Réseau des journalistes spécialisé en café et cacao (Rjscc) ayant constaté que depuis le 18 juillet 2022, le collectif des syndicats agricoles de Côte d’Ivoire ait déposé un préavis de grève sur la table du directeur général du Conseil du café-cacao et du ministre de l’Agriculture et du Développement rural, sans qu’ils ne soient invités à une séance de négociation, cette grève du 3 juillet prochain, est légitime et légale dans le fond et la forme. Elle devra donc se déroulerez sans heurts, sans être entravée par les forces de l’ordre, si la Côte d’Ivoire est encore un pays de droit selon le Rjscc.

En effet, les paysans réunis dans le collectif des syndicats ont pris le soin d’informer le ministère de l’Intérieur et de la Sécurité de la tenue d’une grève illimitée, pacifique et intelligente qui se déroulera devant les 14 bureaux des délégations des zones de productions de café-cacao. Pour le Réseau des journalistes spécialisés en café et cacao, rien ne justifierait les forces de l’ordre de  République de Côte d’Ivoire, pays de droit organisé avec des structures efficientes, d’empêcher les manifestations des paysans.

Pour le Réseau des journalistes spécialisés en café-cacao, les autorités ont le devoir et l’obligation d’écouter et discuter avec les couches socioprofessionnelles qui émettent des préoccupations. Dès qu’une autorité reste réfractaire et fermée aux discussions, on peut affirmer qu’elle ne fait plus montre d’un bon dirigeant ou d’un bon directeur général, étant donné qu’il est resté hostile aux négociations.

C’est pourquoi, Romaric sako, président du Réseau des Journalistes spécialisés en café et cacao (Rjscc) invite le Directeur général du Conseil du café-cacao à engager des discussions intelligentes avec le Collectif des syndicats agricole de Côte d’Ivoire. Etant donné que les préoccupations, telles que posées par la Centrale syndicale, sont pertinentes, réelles et favorables au bon fonctionnement de la filière.

Les paysans dénoncent une mauvaise gestion : de la filière, des 17 milliards Fcfa de la Covid 19, de l’orientation des 100 millions Fcfa du don du président Alassane Ouattara. Ils dénoncent également les récurrentes pénuries de sacherie brousse et export, le non-respect des prix bords du cacao et le différentiel de revenu décent.

Pour le RJSCC tous ces problèmes sont vitaux pour les producteurs et toute la Côte d’Ivoire. Par conséquent, les journalistes spécialisés en café et cacao recommandent que le directeur général du conseil du café-cacao privilégie le dialogue, arme des hommes forts. Car une autorité réfractaire au dialogue court à la perte de son poste.   

Content created and supplied by: sakoromaric (via Opera News )

Collectif des syndicats agricoles de Côte d'Ivoire Rjscc

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires