Sign in
Download Opera News App

 

 

Barkhane : un épée de Damoclès sur la tête des gouvernants ou outil de lutte contre le djihadisme?

Le Burkina Faso pleure depuis hier plus de 138 morts occasionnées par des terroristes dans le nord du pays précisément à Solan. Il y a trois jours en arrière 11 personnes avaient été tuées au Mali ou le plus gros contingent de la force barkhane est stationné à Gao.

Et pourtant la force barkhane que les autorités françaises brandissent chaque fois comme une force pour lutter contre les mouvements djihadistes avec les moyens importantissimes y est depuis bientôt 8 ans. Au delà des opérations et des exploits accomplis par barkhane par le passé avec le stoppage en 2013 des forces armées vers Bamako, ou des frappes aériennes et le renseignement qu'elle fournit aux armées des pays concernés, l'on est en droit aujourd'hui de s'interroger sur les intentions réelles de barkhane dans le Sahel. En début de semaine la France avait suspendu ses opérations militaires conjointes avec le Mali et retiré ses coopérants militaires, et menace de retirer aussi barkhane si la situation politique ne s'améliore pas vite. Ces mesures visent à faire une pression politique sur le régime de Bamako afin de le pousser à rétablir l'ordre constitutionnel le plus rapidement possible.

Aujourd'hui avec ce carnage au Burkina Faso et ces nombreux déplacés internes du fait des groupes terroristes, devenus, encore plus que jamais nuisibles malgré la présence de barkhane avec plus de 5.000 hommes bien équipés et superbement entraînés, et répartis entre le Burkina Faso, le Mali, Niger et le Tchad. On peut se poser l'ingénieuse question de savoir: à quoi sert vraiment cette présence militaire française ? La force Barkhane n'est-elle pas en réalité une force que Paris agite pour ramollir les dirigeants qui lui sont hostiles ?La réponse est nette car pour le citoyen lambda, barkhane est plus une '' force d'occupation '' et pour l'analyste politique, un épée que la France brandit chaque fois que les gouvernants des pays concernés ne vont pas dans le sens de ses ntérêts. Si donc la solution à cette guerre asymétrique ne réside pas dans la puissance de feu mais dans la négociation, il urge dès lors que barkhane redéfinisse sa politique ou alors disparaisse.

Content created and supplied by: Olivierakaffou (via Opera News )

bamako barkhane burkina faso djihadisme mali

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires