Sign in
Download Opera News App

 

 

Serge Koffi le Drone prépare une " bombe" sur les tortures inhumaines vécues à Sebroko

Il est au labo. C'est le moins qu'on puisse dire. Après sa libération le 6 août dernier, le jeune cyberactiviste Pro-Gbagbo, Yapo Ebiba Fiacre dit Serge Koffi le Drone se remet progressivement des terribles moments passés au blindé du bâtiment C de la Maison d'Arrêt et de Correction d'Abidjan (MACA ) et à SEBROKO où il a été atrocement torturé par ses ravisseurs d'un soir qui y ont établi leur Quartier général.

En attendant la sortie officielle de son livre-témoignage sur son passage à SEBROKO jadis siège de l'opération de paix des Nations unies en Côte d'Ivoire, le jeune cyberactiviste raconte ici un aperçu de l'immense calvaire qu'il a vécu en ces lieux. Ci-dessous son récit :

" J'ai été arrêté le 7 mai 2020 dans le quartier Sogephia Solic1, dans la commune de Yopougon par des policiers lourdement armés. J'ai été conduit par la suite à mon domicile, sis à Yopougon-niangon cité Caistab, Toit Vert, où mon domicile a été perquisitionné et passé au peigne fin " Ce n'est pas un " Mike " ( militaire ). Serge Koffi le Drone, c'est dans ces conditions difficiles que tu dors, il fait chaud. Pour tout ce que tu sais, c'est ici, tu dors ", disait l'un des policiers.

Embarqué dans un véhicule de type 4x4, j'ai été conduità SEBROKO, ancien camp de l'opération des Nations unies ( ONUCI). C'était la joie dans tout le camp, les forces de l'ordre présentes étaient heureuses. " Enfin, nous avons mis la main sur le Mari De Nathalie après plusieurs mois de recherches. Nous pouvons dormir tranquillement maintenant. Le Mari De Nathalie est tombé aujourd'hui ". Les deux mains menottées, l'avant-bras attaché à une moto KTM, on me chicotait par le dos d'une vieille machette, dans les plantes de mes pieds joints. Je suis resté couché sur le flanc gauche dans du gasoil pendant 48 heures (...). Je reviens de loin. La lutte continue. "

On le voit, Serge Koffi le Drone revient de très loin et n'entend nullement passer en pure perte ce souvenir douloureux vécu aux mains de ses ravisseurs à l'ex hôtel Sebroko. Comme pour paraphraser le président Laurent Gbagbo, Yapo Ebiba Fiacre dit Serge Koffi le Drone veut laisser les traces de son passage en cet endroit transformé en un camp de tortures.

P. L

Content created and supplied by: Pierre_Lemauvais (via Opera News )

serge koffi yapo ebiba fiacre yopougon

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires