Sign in
Download Opera News App

 

 

Tchad : Mahamat Deby, une succession filiale qui passe mal. Attention au syndrome libyen au Tchad

Décédé le mardi 20 avril dernier, Idriss Deby Itno, président du Tchad a été remplacé par son fils Mahamat Deby à la tête du pays. Le conseil de transition que dirige le fils du Président défunt s'est donné une période allant jusqu'à dix-huit mois pour organiser des élections dans le pays, une situation qui semble ne pas acquérir l'adhésion de certains partis politiques et organisations de la société civile qui ont organisé des manifestations le mardi 27 avril pour dénoncer ce qu'ils qualifient de confiscation du pouvoir avec une ingérence française très critiquée par les manifestations. Après la folle journée du mardi 27 avril, des morts, dont certains par balles , ont été enregistrés dans le pays.

Cette situation de troubles a fait réagir la France et M.Félix Tshisekedi, président en exercice de l'Union Africaine. Il a été demandé aux autorités actuelles du tchad de respecter leurs engagements ( dialogue national inclusif) , tout en invitant les différentes parties à la retenue, a.fait savoir l'Agence France Presse, AFP.

Rappelons qu'une rébellion était déjà engagée dans le nord du Tchad au moment du décès du Président Idriss Deby. Alors, ces manifestations de la société civile et de partis politiques pourraient accentuer la contestation de la junte militaire au pouvoir. Ce qui apparait étrange, c'est le silence de la communauté internationale, l'UA sur ce qui ressemble à un viol des lois tchadiennes après le décès du Président Deby. L'on se demande pourquoi l'organisation continentale n'a demandé le respect de l'ordre constitutionnel après le décès du Président ? l'UA ne vient-il pas encore de montrer son impuissance dans ce dossier Tchadien ? Avec la situation Tchadienne où le fils prend la place du père, la succession démocratique apparaît comme une denrée rare sur le continent africain. Hier, c'était en République Démocratique du Congo avec Kabila fils, au Togo avec Eyadema fils, au Gabon avec Bongo fils, aujourd'hui, c'est Deby fils : serait-ce une monarchie dans la démocratie ?

L'on se rappelle qu'après la mort de Khadafi en Libye, ce pays d'Afrique du Nord est plongé dans le chaos. Le Nord du Tchad d'où est parti la rébellion, fait frontière avec la Libye, au niveau du Sud-Ouest, l'on a le Nigeria avec le groupe Boko Haram qui sévit, sans oublier les djihadistes présents au Niger qui fait aussi frontière avec le Tchad à l'Ouest. Vivement que le peuple Tchadien parvienne à trouver un consensus pour éviter que ce pays sombre davantage dans la violence car la température sécuritaire des pays limitrophes requiert que les différentes parties surveillent leurs engagements sociopolitiques actuels pour la sauvegarde de l'intégrité territoriale et la paix.


As. B

Content created and supplied by: Assibena (via Opera News )

idriss deby itno mahamat deby tchad

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires