Sign in
Download Opera News App

 

 

Carte nationale d'identité ivoirienne : à quand la fin du calvaire ?

Nous sommes au 21ème siècle avec toutes les nouvelles technologies de l'information et de la communication qui existent, mais paradoxalement notre pays la Côte d'Ivoire semble avoir raté une des locomotives ou même plusieurs locomotives de ce nouvel élan technologique.

Nous le disons parce qu'il est inconcevable que dans cette ère complètement nouvelle où tout est informatisé, nous, ivoiriens, soyons encore à louer notre Dieu, à implorer les dieux de nos ancêtres afin de recevoir nos cartes d'identité une fois l'étape de l'enregistrement franchie. On se demande alors qu'est-ce qui peut bien motiver ou occasionner une telle situation aussi désastreuse pour les souscripteurs que nous sommes et aussi dégradante voire infamante pour notre cher pays.

Pour des difficultés que le citoyen ignore, on nous a fait passer d'une première prorogation de l'ancienne CNI au 30 Juin 2020 à une deuxième prorogation courant jusqu'au 30 Juin 2021 pour arriver finalement à une troisième prorogation allant jusqu'au 31 Décembre 2021 comme l'atteste le communiqué du conseil des ministres dont nous avons pris connaissance ce Mercredi 26 Mai 2021 par le biais de la RTI1. Nous trouvons cela injuste et insultant pour le peuple ivoirien qui, malgré ses maigres moyens, a pu débourser la somme de cinq mille francs CFA (5000frs CFA) pour se faire établir la nouvelle pièce dite verte. C'est comme si on préparait indirectement le moral des nouveaux souscripteurs ainsi que des ex souscripteurs à admettre l'idée selon laquelle au niveau de l'ONECI le maître mot est le tâtonnement et l'idée la mieux partagée dans cette structure étatique est l'indifférence si ce n'est l'incompétence.

Franchement, à un moment donné quand on sait que le système employé présente des failles, il est légitime de penser à autre chose pour le bien-être des ivoiriens.

Nous faisons cette affirmation, car tout jeune élève en classe de Terminale à Bouaké en 1999, je me devais d'avoir une pièce d'identité nationale pour aller présenter l'examen du baccalauréat. Je me suis alors rendu sur conseil de ma grande sœur à la préfecture de police de ladite ville pour m'en faire établir une. Et moins d'un mois après, j'ai respecté le rendez-vous qui m'avait été fixé et je suis allé récupérer ma pièce sans anicroche. Une pièce que je garde encore précieusement parmi mes documents 22 ans après.

Il est donc temps qu'on essaie de revoir le système de confection et de délivrance des pièces d'identité dans notre pays parce que depuis une dizaine d'années les structures sollicitées ne font que montrer leurs faiblesses et leur laxisme notoire au grand détriment du citoyen pour qui la CNI représente un document hyper précieux.

On a beaucoup souffert de cette situation embarrassante dont ne voit d'ailleurs pas le bout du tunnel en ce sens que nos autorités nous amènent à croire que ce n'est justement pas demain la veille de la fin de notre calvaire.

Que Dieu nous aide!

Yves_Martial

Content created and supplied by: Yves_Martial (via Opera News )

côte d'ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires