Sign in
Download Opera News App

 

 

Au Burkina Faso, c'était chaud ce samedi, pendant ce temps à Abidjan Floby fait vibrer le palais

Photos/ Les manifestants avaient occupé les grandes artères des villes, ce matin

L'atmosphère était très tendue ce samedi 27 novembre en mi journée à Ouagadougou et Bobo-Dioulasso ainsi que dans d'autres villes du Burkina Faso. Les populations ont répondu à l'appel de la "coalition du 27 novembre" issue de la société civile. Ce mouvement a invité les burkinabè à descendre dans les rues pour marcher contre l'insécurité qui règne dans leur pays, objet d'attaques récurrentes des djihadistes. Ces derniers font depuis quelques mois de nombreuses victimes dans les rangs des forces de défense et de sécurité du Burkina Faso ainsi que dans les rangs de la société civile. 

Ce mouvement de protestation accuse les autorités de son pays de demeurer " amorphes" face au problème des terroristes. Certains marcheurs de ce jours vont jusqu'à demander la démission du président Christian Roch Kabore.

En effet, dans leur tentative d'occuper les artères principales, ces marcheurs se sont confrontés à un rideau de policiers qui ont fait usage de gaz lacrymogènes pour les disperser. En tout cas, plusieurs villes ont vécu une journée très mouvementée ce week-end au Burkina Faso.

Pendant ce temps, à Abidjan, la communauté Burkinabè vivant en Côte d'Ivoire est en joie. Elle célèbre leur star de la musique. Il s'agit de l'artiste Floby qui est en concert ce même samedi au Palais de la Culture où ont tous convergé des fans et mélomanes qui apprécient bien la musique de cet artiste. 

En file indienne, le grand public composé en majorité de jeunes burkinabè ont pris d'assaut la salle du palais de la culture pour chanter et danser aux notes musicales de Floby qui, on le voit bien, a voulu être simplement de cœur avec ses compatriotes sur le champ de la bataille que d'être présent physiquement pour apporter son soutien.

J.T

Content created and supplied by: Jose_Teti (via Opera News )

abidjan burkina faso ouagadougou

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires