Sign in
Download Opera News App

 

 

Ce qui s'est passé hier à la Maca avec les 14 militants du Pdci-Rda libérés avant l'heure

C'est fait. Ils sont libres. Depuis hier dimanche, en fin d'après-midi, les 14 militants du Pdci-Rda dont nous annoncions la libération pour ce lundi 19 avril, ont tous regagné leurs familles et domiciles respectifs. C'est vrai qu'ils sont encore nombreux les militants des partis politiques de l'opposition et des organisations de la société civile qui croupissent toujours dans les prisons en Côte d'Ivoire, mais c'est toujours un ouf de soulagement que de voir des camarades de lutte, des amis ou des frères recouvrer la liberté après plusieurs mois de détention justifiée ou non.

Revenant donc à l'actualité, la remise en liberté des 14 proches du président Henri Konan Bédié est à saluer. Mais comment en est-on arrivé à leur libération hier dimanche, un jour pourtant non ouvrable en Côte d'Ivoire ? Il ressort des informations en notre possession que c'est tard vendredi 16 avril que l'administration pénitentiaire de la Maca a reçu les billets de sortie de prison des 14 militants du vieux parti sur la centaine incarcérée. Logiquement, c'est le lendemain samedi que l'on devait procéder à leur remise en liberté.

Malheureusement, une coupure d'électricité à la Maca est venue tout gâter comme on le dit trivialement à Abidjan. Fallait-il attendre aujourd'hui lundi pour permettre à ces 14 personnes de rejoindre leurs familles après tant de mois de souffrances ? L'administration pénitentiaire a décidé hier de façon spéciale de libérer ces prisonniers politiques dont le seul tort c'est d'avoir manifesté contre la candidature du chef de l'État, Alassane Ouattara pour un troisième mandat à la tête du pays.

Manifestations qui, selon un bilan officiel dressé par les services de l'État, ont fait 85 morts et plus d'une centaine de blessés ainsi que de nombreux dégâts matériels importants. Plusieurs centaines de milliers de militants et cadres de l'opposition et des organisations de la société civile sont toujours en détention. Et malgré les appels à la libération totale de ces hommes et femmes, les autorités ivoiriennes préfèrent plutôt procéder par doses homéopathiques. Hélas !

P. L

Content created and supplied by: Pierre_Lemauvais (via Opera News )

alassane ouattara henri konan bédié

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires