Sign in
Download Opera News App

 

 

Enquête non publiée de Pandora/ Jusqu'où iront le Dg de l'Éléphant Déchaîné et son journaliste ?

Noël Konan engage le bras de fer avec Assalé Tiémoko



L'actualité de ces derniers jours, c'est bien les Pandoras Papers. Une enquête groupée de plusieurs journalistes de différents médias du monde y compris des médias ivoiriens. Parmi ces médias figure l'hebdomadaire d'investigation L'Eléphant Déchaîné. Son patron s'est fendu d'un communiqué en réplique à une information qui circulait sur la toile et faisant état de ce qu'il s'opposerait à la publication de l'enquête dans les colonnes de son journal.

Dans ce communiqué, le patron de l'Éléphant déchaîné semble mettre en doute la crédibilité de l'enquête. Il a ainsi demandé un complément d'information auprès du mis en cause qui est le premier ministre avant toute publication. Or, Noël Konan le journaliste co-auteur de l'enquête a déclaré sur TV5 avoir passé deux ans à investiguer donc à demander ces compléments d'information à Patrick Achi. Deux ans que celui-ci (Noël Konan), attend un rendez-vous avec le cabinet du Premier ministre. Cette rencontre pour recueillir la réaction du chef du gouvernement n'a jamais eu lieu. Il a fallu que son nom soit cité par les médias pour que Patrick Achi donne enfin de la voix, banalisant qu'il n'y a rien d'illicite dans ce qui est évoqué par l'enquête. A la suite du chef du gouvernement, Assalé est encore monté au créneau pour relever les insuffisances d'une enquête à laquelle il a pourtant donné son accord.

Faut-il le relever, L'Éléphant Déchaîné avait habitué ses lecteurs aux enquêtes à rebondissements publiés sur plusieurs éditions du journal à mesure que les parties se prononcent. La rédaction du journal pouvait donc admettre la publication séquencée d'autant plus qu'il ne s'agit pas du produit du seul journaliste Noël Konan. Des tonnes de documents ont été fouillés, décryptés, renseignés et vérifiés par plusieurs confrères avant d'en arriver là. 

Assalé n'a peut-être pas tort de vouloir une vérification de plus. Mais quand on est aussi dans un pays où les autorités ont du mépris pour la presse nationale et ses journalistes, il serait peu probable que le mis en cause et ses proches distraient de leur précieux temps pour se soumettre à des préoccupations dérangeantes d'un (petit) journaliste. Pour Noël Konan, ce n'est pas faute d'avoir essayé. Mais un mur infranchissable s'était dressé face à lui dans le déroulement de ses investigations.

Pour ce qui est de la position du patron Assalé, rappelons que le confrère a bien des fois, publié de longues enquêtes sur des sujets à la seule initiative de sa rédaction. Souvent à la satisfaction des lecteurs. Très rarement, des procès en diffamation l'ont visé. Pourquoi cette fois, il y a obstruction à un travail qui, plus, est collectif ?

Ce qui est incompréhensible dans l'affaire c'est surtout la tendance du communiqué du patron à discréditer en filigrane le travail de son journaliste. Un angle dont se servent aujourd'hui certains confrères pour démonter une enquête qui n'était pas encore publiée. Mais dont la seule évocation dérange bien mpp. Poursuivant son offensive, le Dg Assalé Tiémoko mardi soir, sur Rti 1, a tenu des propos peu honorables à l'endroit de son employé. Une goutte d'eau de plus qui fera déborder le vase.

Noël Konan n'a pas attendu longtemps pour réagir lui aussi sur sa page Facebook. Il soutient que M. Assalé a été reçu par Patrick Achi et que c'est depuis cette audience que la posture du patron de presse a drastiquement changé. Désormais c'est du tac au tac entre Noël Konan et son Dg. Il tient à sa réputation là où le fondateur du journal tend à le faire passer pour un incompétent.

Content created and supplied by: SylvainGuédéDebailly (via Opera News )

konan l'éléphant déchaîné patrick achi

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires