Sign in
Download Opera News App

 

 

Afrique: la succession présidentielle, une affaire de famille ?

Dans le continent africain, seulement deux pays sont officiellement des monarchies.

Il s'agit du Maroc du roi Mohamed IV et du Swaziland du roi Mswati III.

Dans ces pays, la succession au pouvoir s'effectue en famille selon un ordre bien établi.

Or, force est de constater que ces pratiques monarchiques sont légions dans de nombreuses républiques africaines. Le dernier épisode en date: Le Tchad.

Ce 20 avril, l'on a appris la mort du président Tchadien Idriss Deby, officiellement mort au combat. Si cette nouvelle a fait l'effet d'une bombe, la succession du désormais ex-président Tchadien l'est encore plus.

Dans un coup d'Etat opéré dans la foulée, les militaires tchadiens ont placé à la tête du pays le général Mahamat Idriss Déby, le fils du défunt président.

Comment comprendre cette succession dynastique là où la Constitution tchadienne attribuait cette tache au président du Sénat. Ce mépris de la Constitution pourrait fragiliser encore plus ce pays enclin depuis de nombreuses années à des rébellions de tout genre.

Par ailleurs, notons que ce scenario de succession à la monarchique dans les républiques africaines n'a pas seulement été observé qu'au Tchad.

D'abord lorsque Désiré Kabila est assassiné en 2001, c'est son fils Joseph Kabila, 29 ans à peine, qui assure la succession de son père. Apres 18 ans au pouvoir, il est contraint, après d'énormes pressions, à se retirer.

Ensuite au Togo à la mort du général Gnassingbé Eyadema en 2005, son fils Faure Eyadema prend les rênes du pays. Aujourd'hui encore il y est toujours. Notons que le Togo est sous la domination de la famille Eyadema depuis 1967.

Enfin, vient le tour du Gabon. quand Omar Bongo meurt en 2009, qui le succède? Son fils Ali bongo! La dynastie Bongo est établie à la tête du Gabon depuis 1967.

Il faut par ailleurs ajouter que dans de nombreux pays africains, le clan familial est ou a été au cœur du pouvoir.

On se souvient par exemple qu'en Libye, Saif Al-Islam a pendant longtemps été le dauphin de son père, Mouammar Kadhafi. La chute du régime Kadhafi en 2011 a certainement brisé l'ascension du fils Kadhafi.

En guinée équatoriale, le président Theodoro Obiang N'guema a nommé son fils Teodoro Nguema Obiang Mangue, comme vice-président de la République . Celui-ci devrait vraisemblablement succéder à son père.

L'on pourrait finalement s'interroger sur les raisons d'une telle prédominance familiale dans les cercles présidentiels en Afrique qui sont pour la plupart des Républiques?

Content created and supplied by: Kouiti (via Opera News )

afrique idriss deby maroc togo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires