Sign in
Download Opera News App

 

 

Carte d'identité ivoirienne - Prorogée par le gouvernement, ignorée au Burkina Faso : les raisons


Le gouvernement ivoirien vient de proroger pour la troisième fois consécutive la date de validité de l'ancienne carte nationale d'identité (CNI) de couleur orange. Pour sûr, l'Oneci et Semlex, l'opérateur technique choisi ne sont pas prêts à satisfaire la demande sans cesse croissante.

Pendant ce temps, c'est la galère de ceux qui ont fait la demande de la nouvelle pièce et qui n'ont pas l'ancienne pièce en leur possession. En tout cas pour ce qui est de l'intérieur des frontières ivoiriennes. Une fois en dehors de nos frontières, la CNI orange devient un problème, surtout au Burkina Faso où nous avons vécu cette expérience.

Au pays des hommes intègres, les barrages de police sont monnaie courante sur les grandes voies nationales. et à chaque barrage son contrôle comme pour rappeler la douloureuse période de crise ivoirienne quand voyager devenait un problème. Surtout quand on n'avait pas de pièce. A titre d'exemple, de Niangoloko près de la frontière Nord de la Côte d'Ivoire à Bobodioulasso, la deuxième ville du pays, il faut franchir trois checks-points avec autant de contrôles policiers.

L'Ivoirien qui se présente avec la nouvelle pièce d'identité passe sans problème les contrôles. Par contre, la Cni orange n'est pas reconnue comme une pièce d'identité réglementaire par les policiers burkinabé. Vous paierez forcément une contravention qui va de 3000 FCFA si vous coopérez bien à 6000 FCFA si vous voulez justifier votre ''forfait''.

Selon la police burkinabé, les autorités ivoiriennes n'ont jamais notifié la décision de prorogation de la Cni orange aux autorités du Faso lesquelles en retour devaient informer la police. ''Si cette pièce a une validité prorogée, c'est chez vous mais pas ici. Nous n'avons reçu aucune notification en ce sens. Monsieur vous payez ou bien vous restez ici. D'ailleurs est-ce que vous avez une autorisation de circuler sur le territoire burkinabé parce que les frontières sont officiellement fermées'', rétorque sèchement l'agent en treillis au passager qui finit par débourser les 6000 FCFA avant de se faire délivrer une contravention avec le motif ''défaut de pièce d'identité'' au lieu de ''pièce périmée''.

Content created and supplied by: SylvainGuédéDebailly (via Opera News )

burkina faso

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires