Sign in
Download Opera News App

 

 

Assemblée nationale / Touché par une loi, Adama Bictogo va-t-il perdre son ‘‘tabouret’’ ?

L'honorable Adama Bictogo, Directeur exécutif du RHDP, est sous le feu des rampes.

Dans le contentieux électoral dans la circonscription électorale d’Agboville, le Conseil constitutionnel a donné raison à Adama Bictogo, candidat du RHDP devant Fleur Aké M’Bo, candidate de l’opposition. Plus d’un mois après cette victoire ‘‘contestée’’, un élément de taille pourrait chambouler les choses. Il s’agit d’un article du Code électoral révisé. C'est le quotidien Dernière Heure Monde qui a exposé l'affaire, dans son édition N°276 du mercredi 21 avril 2021.

En effet, selon l'ordonnance n°2020-356 portant révision du Code électoral, l’Article 91 est formel : « Sont également incompatibles avec le mandat de député, les fonctions de chef d'entreprise, de président de conseil d'administration, d'administrateur délégué, de directeur général, de directeur adjoint ou de gérant exercées dans : Les sociétés, entreprises, ou établissements jouissant sous forme de garantie d'intérêts, de subventions ou sous une forme équivalente, d'avantages assurés par l'Etat ou par une Collectivité publique, sauf dans le cas où ces avantages découlent de l'application automatique d'une législation générale ou d'une réglementation générale ; les sociétés ou entreprises dont l'activité consiste principalement en l'exécution de travaux, la prestation de fournitures ou de services pour le compte ou sous le contrôle de l'Etat, d'une Collectivité ou d'un Établissement public national ou d'un Etat étranger ». Pourtant, le ministre Adama Bictogo, Directeur exécutif du RHDP, par ailleurs 1er Vice-président de l'Assemblée nationale, est dans une posture plus que problématique.

Adama Bictogo est un industriel confirmé, eu égard à son poste de Président directeur général d’ADB-Holding, actionnaire de SNEDAI Groupe, détenteur du contrat de concession de service public pour la délivrance du passeport biométrique avec l'État de Côte d'Ivoire, et pour le partenariat public-privé pour l'enrôlement biométrique des souscripteurs à la Couverture maladie universelle (CMU), avec pour mission de fournir les cartes d'identification unique aux adhérents.

Au regard de la loi, le ministre Adama Bictogo ne remplit donc pas les conditions pour être député. Son dossier est passé à travers les mailles du filet, à la Commission électorale indépendante (CEI). Mais, maintenant que cela est su de tous, que vont décider les Institutions compétentes ? Adama Bictogo va-t-il perdre son ‘‘tabouret’’ ? Va-t-il démissionner ?

 Yob

Content created and supplied by: RolandYobouet (via Opera News )

adama bictogo rhdp

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires