Sign in
Download Opera News App

 

 

Une journaliste de TV5 Monde-Afrique se fait éjecter d'une conférence au Burkina Faso par Kemi Seba

Fanny Naoré Kabré, la journaliste de TV5 Monde Afrique au Burkina Faso, a été expulsée par Kemi Seba, samedi 14 mai 2022, à la Maison du Peuple de Ouagadougou, lors d'un séminaire intitulé "Mobilisation contre le néocolonialisme". Des centaines de jeunes ont réagi à l'appel de l'organisation "Urgences Panafricanistes" demandant à la France de quitter le Burkina Faso. Lors de son discours, Kemi Seba a demandé l'expulsion du journaliste de TV5 Monde Africa.

"J'ai vu une jeune femme qui a l'air de venir de TV5 Monde, c'est bien ça ? Nous sommes dans un mouvement patriotique, et les médias français n'ont pas cessé de nous diaboliser, de nous caricaturer, de nous calomnier depuis que nous avons commencé à nous mobiliser contre la Françafrique, d'accord ? Et ça continue ! Avec tout le respect que je vous dois, et parce que vous êtes une dame, je vais demander à la sécurité de faire sortir TV5 World du terrain, je ne veux pas de TV5 ici". Les fans ont applaudi la militante panafricaine Kemi Seba, selon le site Touteinfo. En conséquence, Fanny Naoré Kabré, journaliste franco-burkinabè et correspondante de TV5 Monde au Burkina Faso, a été conduite hors de la réunion. Plusieurs journalistes burkinabés ont critiqué cette expulsion comme une violation de la liberté de la presse.

Certains ont simplement demandé le boycott des activités de Kémi Séba. Les organisateurs de la rencontre, quant à eux, n'ont cessé de rappeler que c'est la journaliste, et non le média qu'elle représentait, qui a été licenciée. L'ambassadeur du Burkina Faso en France et ancien ministre chargé de la communication, Rémi Dandjinou, a promptement répondu sur Facebook à l'expulsion de Fanny Kabré. "Les journalistes exigent un accès complet à toutes les sources d'information, ainsi que la possibilité d'enquêter sur tout fait ayant un impact sur la vie publique. La confidentialité des questions publiques ou privées ne peut être remise en cause au journaliste qu'à titre exceptionnel et pour des motifs bien expliqués (extrait de la Charte des devoirs et des droits des journalistes dite "Charte de Munich")", a écrit Rémi Dandjinou.

Content created and supplied by: Adama (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires