Sign in
Download Opera News App

 

 

Côte d'Ivoire: des voix s'élèvent au sein du PDCI RDA

Enfin des voix s’élèvent au PDCI RDA après les échecs qui, n’eût été l’alliance dans certaines circonscriptions électorales, des victoires n’auraient jamais été possibles. Ce weekend, M. Franck Dosso, un cadre de ce parti, tire la sonnette d’alarme, en évoquant quelques constats, qui éloignent encore le président Bédié et indexent un de ses lieutenants, en la personne de Ehouman Bernard qui, depuis son arrivée dans les sérails de la direction centrale, fait jouer ses propres relations au détriment des valeurs sûres du parti.

M. Franck Dosso fait un constat sur les tares de son parti. Comme son nom l’indique, c’est un Dosso et il a conclu en ces termes : « j’ai fini de parler comme d’habitude, venez me traiter d’infiltrer et me demander d’aller au RHDP. Je répète, je suis à jour de mes cotisations au PDCI RDA, mon ambition, que notre parti rayonne les jours suivants, je donnerai mes propositions pour le positionnement du PDCI RDA. »

De quoi il s’agit et pourquoi, nous avons pris en compte les récriminations de ce cadre du plus vieux parti politique ivoirien, qui donne l’impression de se chercher, sans aucune stratégie réelle et qui se contente de plaire non le parti mais leur président Henri Konan Bédié ? Intitulé comme suit : « Urgent !!! le PDCI RDA est en danger. Après l’échec du PDCI RDA aux élections législatives, il poursuit, il est important de dérouler les auteurs… » Pour lui, celui qui crée des problèmes au sein de la direction de ce parti, se nomme Ehouman Bernard qui est le bras invisible qui a occasionné l’échec national, il crée le trouble et des mensonges qui ont abouti au limogeage de plusieurs cadres, car c’est le poste du secrétaire exécutif en chef, le Pr Maurice Kakou Guikahué qu’il convoite.

Qui est l’accusé M. Ehouman Bernard ? Il est le directeur de cabinet par intérim auprès du président Bédié, DAF de l’ONG Servir de l’épouse du président Bédié et il aurait pour parapluie, la sœur de madame Bédié, Berthe Koizan, il est aussi, le secrétaire exécutif chargé de l’extérieur. Les torts, il en a causé depuis sa nomination et son parti s’affaiblit.

Mais pourquoi spécifiquement indexé M. Bernard Ehouman qui n’est qu’un exécutant ? N’a-t-on pas coutume d’entendre que le poisson pourrit par la tête ? Pourquoi, M. Dosso ne met-il pas tout le monde dans le même sac et extirpe le président du Parti ? Pour Dosso, Ehouman aurait intimé l’ordre au président Bédié pendant le casting à choisir les mauvais chevaux qui sont allés faire perdre le PDCI RDA dans certaines zones qui étaient considérées comme, un électorat captif. Aujourd’hui, tous ceux qui se sont sentis frustrés, qui étaient sur le terrain et qui se considéraient comme des cadres dévoués à la cause de ce parti, sont allés en indépendants et ont largement battus, les choix de la direction et iront tous déposer leurs valises au RHDP, par la faute du président Bédié, encouragé par Bernard Ehouman.

Ce que Dosso ne dit pas, c’est ce courage à demi teint qui le place comme étant désormais, un ennemi juré de Bernard Ehouman qui a ses tares, c’est vrai, mais que le président Bédié maintient pour justement, régler ses comptes pour parvenir à ses fins, qui consistent à la destruction de son propre levier et pourquoi, c’est lui seul qui pourrait réponde à ces multiples questions, Ehouman Bernard ?

Selon Dosso, des choix ont été opérés moyennant de l’argent et le PDCI RDA sans l’alliance avec l’EDS, perdrait totalement la face. A Tanda, Vremen a été écarté par un inconnu qui n’a eu que 1000 voix, à Tiémélekro, le candidat choisit par le parti a été dernier et le vainqueur est allé offrir sa victoire à l’adversaire, à Koumassi, le parti se meurt à cause des conflits entre les délégués, dit-il. A Brobo, le maire écarté et remplacé par un ami de Ehouman, qui a échoué. Selon Dosso, si après sa sortie de prison, Maurice Kakou Guikahué ne parle pas, c’est parce que ce dernier ne sait plus sur quels pieds danser et ses rapports avec le président Bédié, ne sont plus au beau fixe.

Tous les intérimaires ne veulent plus céder le fauteuil aux occupants et d’ailleurs, certains cadres détenus en prison y sont toujours et aucune action n’est engagée pour faire la pression sur le pouvoir pour leur libération.

Le problème du PDCI RDA ne réside-t-il pas dans une refonte totale pour le rajeunir afin de retrouver sa vitalité et aiguiser d’autres stratégies pour les luttes à venir ? Enfin, des voix s’élèvent, mais elles donnent encore l’impression d’un règlement de compte en interne.

                                                  Joël ETTIEN

Content created and supplied by: BusinessActuality (via Opera News )

côte d'ivoire franck dosso henri konan bédié pdci rda

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires