Sign in
Download Opera News App

 

 

Eternelle attente de son passeport : A qui profite le maintien en exil de Charles Blé Goudé ?

Charles Blé Goudé toujours dans l'attente de son passeport (ph. d'archives)

Après de longs mois d’attente, depuis sa libération définitive par la Cour pénale internationale (CPI) le 31 mars 2021, l’ex-leader de la galaxie patriotique sous le régime de Laurent Gbagbo poursuit la traversée du désert. L’espoir suscité par sa rencontre, le 17 juillet 2021, avec le Consul de la Côte d’Ivoire à La Haye en vue de l’obtention d’un passeport (15 jours maximum), fait désormais place à la peine. Pourquoi jusqu’à ce jour, alors que son co-détenu Laurent Gbagbo est rentré, le président du Congrès panafricain pour la justice et l’égalité des peuples (Cojep) erre encore à La Haye ? A qui profite le maintien en exil de Charles Blé Goudé ? Sa présence en Côte d’Ivoire, au moment où il est question de passage de flambeau générationnelle, gêne-t-elle les pontes du pouvoir et de l’opposition ?

Le cas Charles Blé Goudé fait l’objet de nombreuses interrogations d’autant plus qu’acquitté, rien ne devrait empêcher l’ex-leader estudiantin de rejoindre les siens dans son pays. Sa famille biologique, les militants de son parti et bien d’autres proches de qui il a été sevré depuis une dizaine d’années, devraient être librement en sa compagnie. Qui plus est, comme le prévoit la Constitution ivoirienne en son article 12, « aucun ivoirien ne peut être contraint à l’exil ». Du coup, les raisons du maintien du président du Cojep se trouveraient ailleurs. Et il ne serait pas superfétatoire d’affirmer qu’elles ont des relents politiques ou sont entretenues par des visées à caractère de règlements de compte.

A l’analyse, Charles Blé Goudé est sans doute victime de sa popularité et son désir de positionnement politique dans le marigot politique ivoirien. Face au pouvoir en place, la capacité de mobilisation de l’ex-général de la rue qui construit une machine politique à travers son parti, le Cojep, inquiète. Son maintien à l’écart du champ politique ivoirien par le pouvoir, qui tire certainement profit des contradictions internes de l’opposition, pourrait s’apparenter à une autre stratégie du tout sauf Charles Blé Goudé. Car, de 2002 à 2010, le leader de l’ex-galaxie patriotique a réussi à incliner la majeure partie de l’opinion nationale en faveur du pouvoir Gbagbo acculé de l’intérieur par une coalition militaro-politique et de l’extérieur par une diplomatie internationale. Ce qui lui a valu d’être une cible privilégiée dans le viseur de la justice internationale. Au moment où pouvoir et opposition ne fument pas encore le calumet de la paix et que les ressentis des crises post-électorales de 2010 et 2020 continuent d’être d’actualité, en plus du débat sur la retraite politique des trois grands, Alassane Ouattara et ses partisans devraient-ils prendre le risque de se « mettre à dos Charles Blé Goudé » ?

Le président Laurent Gbagbo est rentré, Charles Goudé toujours dans l'attente


L’autre équation réside dans l’attitude du camp politique auquel appartient le président du Cojep. Malgré ses déclarations en faveur de son dévouement à l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, Charles Blé Goudé ne semble pas véritablement bénéficier du soutien de celui-ci et de ses partisans. Pire, les cris des proches de l’ex-général de la rue semblent tomber dans oreilles de sourds. Faisant de Charles Blé Goudé un homme esseulé et abandonné à son propre sort par sa famille politique, celle-ci préoccupée tant pas son ralliement que par une alliance politique avec son parti.

Il va de soi que le président du Cojep doit désormais compter sur lui-même et sur son parti pour sortir de l’enfer de La Haye et rentrer dans son pays. Le samedi dernier 25 septembre, sans qu’il n’obtienne son passeport, son parti a mobilisé ses militants à l’hôtel Belle-Côte pour présenter le « pagne pour le retour de Charles Blé Goudé ». Quand bien même que cela met une certaine pression, l’ex-ministre dans le dernier gouvernement de Laurent Gbagbo doit jouer sur le terrain de la diplomatie. En interpellant avec son Conseil la CPI qui doit s’impliquer dans le dossier de son retour. Elle devrait appliquer le parallélisme des formes selon lequel, après avoir exigé des autorités ivoiriennes son transfert, elle devait faire de même pour son retour en Côte d’Ivoire.

Les partisans de Charles Blé Goudé s'activent


Saint-Claver Oula

Content created and supplied by: Saint_Claver_Oula (via Opera News )

charles blé laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires