Sign in
Download Opera News App

 

 

Côte d'Ivoire: les lieutenants du président Gbagbo arrivent et la politique va s'animer

Retour des lieutenants du président Gbagbo en terre ivoirienne, que la politique va bien s’articuler et s’animer ! Quelques lieutenants du président Gbagbo à savoir Koné Katinan, sa sœur Jeannette, Pickass arrivent sous peu et leur arrivée est annoncée pour provoquer une liesse populaire.

Le président Ouattara l’acceptant, démontre bien sa bonne foi et sa volonté d’actionner la réconciliation qui, sans ceux-là sera très difficile à amorcer. Le virus aidant, ils atterriront à l’aéroport Félix Houphouët Boigny, le vendredi 30 avril 21 à 13h. Les militants et tous les ivoiriens s’activent à les voir et ils seront nombreux à se bousculer à leur vue.

Pour ceux qui douteraient de l’arrivée du grand manitou lui-même, l’espoir se pointe donc à l’horizon et les choses se mettent en place tout doucement. La moiteur de l’animation de la vie politique ivoirienne, va changer de cap. Comment un pouvoir peut se sentir fort si en face il n’a pas de contrepoids ?

Le président Gbagbo dont la seule évocation de son nom suscite de la "frayeur", arrive bientôt. Selon son propre entourage, l’homme ne vient pas pour réveiller des cadavres, galvaniser ses troupes à la révolution mais plutôt contribuer au retour de la paix et participer activement et efficacement à la réconciliation nationale.

Sur la liste de ces retours, il manque Ahoua Don Mello, le grand stratège, qui est aussi attendu par ses propres parents et ses camarades politiques. Au regard de tous ces mouvements sécurisés et non craintifs, c’est la Côte d’Ivoire qui gagne en crédibilité et maturité politiques.

Si pour qu’un pays se développe il faut qu’il passe nécessairement par une guerre, la Côte d’Ivoire vient d’affranchir ce pas. Il revient à la France de lâcher prise sur certains domaines trop visibles qui contraignent le vrai développement de ce pays aux potentialités immenses et dont le partage, n’atteint pas le plus grand nombre.

On ne peut pas parler de développement si le pays se retrouve dans les jurons de la France-Afrique plus viscérale que jamais et cela saute aux yeux. La Côte d’Ivoire a traversé ces rives difficiles qui a vu trop de fractures sociales escamoter sa cohésion sociale. Si elle se bat pour s’en sortir, ce n’est pas par des enseignes commerciales qu’elle pourra véritablement faire décoller la transformation de ses multiples ressources naturelles et humaines. Il faut à ce pays un vrai transfert de technologie fiable et aujourd’hui, en la matière, si la France n’y arrive pas, les autres pays sont là pour l’y aider.

Premier producteur mondial du cacao, si la France voulait aider ce pays à la transformation de ses richesses naturelles, la Côte d’Ivoire serait aujourd’hui au stade où sont arrivés la Chine, le Brésil, la Russie, la Corée etc, mais sur ce volet, la France ne veut entendre aucune raison et pour peu qu’on en parle, elle fait subvenir des crises suscitées par des armes.

Le retour des lieutenants du président Gbagbo doit prendre en compte tous ces aspects qui ont occasionné la guerre, dont il faut en parler et voir dans quelles mesures chacun pourra tirer son profit. La population ivoirienne grandit et les besoins de sa jeunesse croissent. Aussi faut-il tout revoir pour sécuriser ce pays à ne plus tomber dans des guerres de cloché et d’intérêts.

Ils arrivent et c’est la politique qui se verra rajeunie, car ceux qui arrivent ne se sont pas fermés sur eux-mêmes et ils ont beaucoup appris qu’ils pourront mettre à disposition des recherches des acquis pour le développement de ce pays. Les ivoiriens vont chercher à se réconcilier, que ceux qui en sont allergiques quittent le sol pour laisser la place à la germination de leur espoir.

Bonne arrivée les soldats, votre pays est là, il y a eu beaucoup de choses de faites, mais il en reste encore qui ne peuvent être actionnées que dans l’union et la paix.

                                                       Joël ETTIEN

Content created and supplied by: BusinessActuality (via Opera News )

côte d'ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires