Sign in
Download Opera News App

 

 

Élections à la MUGEFCI / On se chamaille pour un siège

Depuis hier, 29 novembre les candidats au désormais très convoité poste de président du conseil d'administration de la Mutuelle générale des fonctionnaires de Côte d'Ivoire (MUGEFCI) sont officiellement en campagne pour s'adjuger les suffrages des fonctionnaires. Assetou Laurence Kamara, Attaby Pacôme, Gnagna Zady... pour ne citer que les plus en vue ont lancé en pompe, chacun dans son fief, leurs opérations de séduction pour s'attirer les faveurs des électeurs. Chacun y allant de sa verve et de sa pertinence dans les propositions de solutions aux maux qui minent la mutuelle des fonctionnaires qui semble paralysée depuis l'avènement de la couverture maladie universelle ( CMU). Et, à vrai dire, dans cet environnement électoral où on est jamais suffisamment original pour être toujours le plus original, les propositions se ressemblent pratiquement toutes. Même si certaines laissent percer un brin de démagogie qui en dit long sur l'état d'esprit de certains candidats. Bref! Tout le monde, y compris la candidate du bureau sortant à qui on impute, à tort ou à raison, la ruine de la maison, pense pouvoir la redresser, voire la rebâtir. Sans toutefois rassurer les habitants de la qualité du nouveau matériau.

En effet, dans la trousse du fonctionnaire ivoirien on peut facilement compter six cartes à puce ( MUGEFCI, Ivoir santé, Mupemenet,Mupemenet santé, ivoire pharma, CMU...) pour sa santé et celle de sa famille sans pour autant être en mesure de faire face à une ordonnance de moins de 10000 CFA. Pourquoi ? La réponse à cette question qui était au cœur de la pré campagne sur les réseaux sociaux s'est transformée en une véritable patate chaude entre le pouvoir et le bureau sortant. L'un pointant du doigt la gestion de Mesmin Comoé, Président du conseil d'administration en exercice, l'autre fustigeant l'avènement de la CMU qui grève sévèrement les cotisations des fonctionnaires pour des services qu'elle ne rend pas. Le plus intriguant dans l'affaire c'est qu'aucun candidat n'a osé remettre en cause cette assurance étatique dont l'application cavalière, à la limite, a causé de réels désagréments aux mutualistes. Pis, malgré la réduction de son portefeuille dont il n'a cessé de se plaindre, le conseil d'administration de la MUGEFCI à réalisé des investissements colossaux dont on attend encore les retombées sur la santé des fonctionnaires. Des fonctionnaires dépités par des campagnes extravagantes sur les excédents de la mutuelle alors que le panier de soin se réduit comme peau de chagrin.

En d'autres termes, les problèmes de la MUGEFCI semblent connus, mais on a plutôt l'impression que les candidats préfèrent chercher entre ciel et terre. Ils préfèrent tous négocier le confort protecteur de la tutelle plutôt que de botter dans la fourmilière...au risque de se faire piquer.

Emmanuel Fofana

Content created and supplied by: Emmanuelfofana (via Opera News )

laurence kamara

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires