Sign in
Download Opera News App

 

 

Macron peut-il solder le passé de la France en Afrique ?

On aurait dit qu'il est apparu trop tard et beaucoup jeune dans des relations complexes très anciennes. Au lendemain de son élection à la présidence française, nombreux sont les intellectuels africains qui ont placé un espoir en Emmanuel MACRON. Issu d'un mouvement politique qui s'est bâti autour de sa personnalité, la République en Marche, Macron incarnait cette rupture avec cette France néo colonialiste, dont la politique africaine demeure la soumission de ses anciennes colonies.

A travers des discours volontaristes, Macron envisage une nouvelle ère de coopération avec l'Afrique. Une coopération qu'il veut sincère, pragmatique et gagnant-gagnant. C'est en somme le fond de son discours qu'il a tenu à Ouagadougou le 28 janvier 2017.

Cependant cette nouvelle ère ne peut s'ouvrir sans solder un passif, souvent douloureux, qui apparaît comme tâche qu'il faut nettoyer. Du devoir de mémoire à la responsabilité de la France dans notre histoire commune, aucun dossier ne semble tabou pour Macron: restitution des oeuvres d'art africain, le sort franc CFA, le génocide rwandais, procès du bombardement de Bouaké avec soupçon de complicité de l'Elysée, tout y passe presque. Les actions d'Emmanuel Macron sur ces quelques cas montrent bien sa volonté d'aller de l'avant, en tout cas, mieux que ses prédécesseurs.

Sur la restitution des oeuvres d'art africain

Même si ses actes ne sont pas encore à la hauteur de ses engagements, Emmanuel MACRON a fait de la restitution des oeuvres d'art africain un projet de loi adopté le 06 novembre 2020 par l'Assemblée nationale française. Un sabre d'El Hadj Omar Tall et vingt-six oeuvres furent alors remis respectivement au Sénégal et au Bénin. Pour Macron, la remise de ces objets doit permettre aux africains de se forger «leur propre imaginaire».

Le sort du Franc CFA

Héritée de la colonisation, le Franc CFA est perçu par ses détracteurs comme un vestige de la Françafrique, dont le rôle est de servir uniquement la France, via son Trésor Public.

En novembre dernier, les présidents Ouattara et Macron signent symboliquement la fin du Franc CFA. Dorénavant c'est l'Eco qui se substitue au Franc CFA comme nommaie. Reste que celle-ci soit adoptée par l'ensemble de la zone monétaire concernée.

Le Génocide rwandais

Le rôle de la France dans le génocide au Rwanda a été une véritable épine dans leur relation. On se souvient bien que le Rwanda de Paul KAGAME avait mis fin à toutes relations avec la France. Il s'en est porté mieux d'ailleurs.

Suite au rapport Duclert commandité par Emmanuel MACRON, même si elle n'est pas complice se génocide, il est apparu que la France porte «des responsabilités lourdes et accablantes». Accueilli favorablement par les autorités rwandaise, une nouvelle page semble s'ouvrir pour ces deux pays.

Le procès du bombardement de Bouaké

L'ouverture de ce procès le lundi 29 mars dernier, ouvre une lucarne sur le rôle ambiguë de la France dans la crise militaro-politique en Côte d'Ivoire. Une véritable nébuleuse, impliquant à un haut niveau l'Elysée.

Comme on le voit, bien que Macron soit animé d'une volonté de reconsidérer les rapports entre l'Afrique et la France, ses engagements risque d'être noyés par des présidences à vie, qui renaissent comme la tête de l'hydre.

Képhren

Content created and supplied by: Képhren (via Opera News )

Macron

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires